Ubifrance, un lobby qui vous veut du bien

Chef d’entreprise, vous rêviez de compter l’Organisation des Nations Unies (ONU) et ses agences parmi vos clients ? Sachez que ce souhait peut être exaucé !Ces 27 et 28 novembre, Ubifrance, l’agence pour le développement international des entreprises réunit les acheteurs en chef de quatre agences de l’ONU (UNHCR, OMS, PNUD et UNICEF) et 63 entreprises françaises. Si plus de la moitié d’entre elles bénéficieront de rendez-vous individuels pour présenter leur offre, l’ensemble des entreprises sera sensibilisé aux procédures d’achat des Nations Unies.La rigueur ? Qu’est ce que c’est ?Petit rappel, le montant des achats des Nations Unies et de ses 40 agences s’est élevé à près de 11 milliards d’euros en 2011, en hausse de 41% sur les cinq dernières années. A l’ONU, la rigueur reste un phénomène totalement inconnu. Sachant que le montant moyen des achats s’élève à 70.000 euros, les PME ont légitimement de belles raisons d’espérer.Récemment, de belles réussites ont été observées. Ubifrance cite par exemple le cas de la société Mulliez-Flory, spécialiste des vêtements professionnels, basée dans le Maine-et-Loire. Accompagnée par Ubifrance début 2009, elle a remporté un contrat sur cinq ans pour fournir les uniformes des personnels de sécurité et de maintien de la paix. Aujourd’hui plus de 82.000 soldats et observateurs militaires en place portent les uniformes de l’entreprise.Un lobbying intense pour convaincreRelativement confidentiel jusqu’ici, ce type de services fourni par Ubifrance doit se développer dans les prochaines années. Comment ? « Après un travail permanent de veille sur les appels d’offre, un an avant une manifestation comme celle que nous organisons actuellement, nous sélectionnons avec les agences leurs besoins et, toujours avec elles, nous déterminons les entreprises susceptibles de les intéresser. Nous les aidons ensuite les PME à adapter leur offre en fonction de ces besoins, à répondre correctement aux appels d’offre pour optimiser leurs chances de succès », explique Xavier Chatte-Ruols, le chef du service Organisations Internationales et Bailleurs de Fonds (OIBF).Mais c’est surtout dans le domaine du lobbying qu’Ubifrance porte son action. « Faire partie du cercle restreint des fournisseurs d’institution telles que l’ONU nécessite une action de lobbying intense que les PME ne peuvent réaliser, par manque de temps et faute de moyens », poursuit-il. Outre les organisations internationale, Ubifrance développe ce type de rendez-vous avec les institutions bancaires internationales (Banque africaine de développement, Banque asiatique..), les partenaires européens – c’est la condition sine qua non pour que les PME françaises puissent remporter des marchés publics au sein de l’UE -, et réalise aussi des opérations dans les pays financés par l’ensemble des bailleurs internationaux.  

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.