Vers un vaccin "universel" qui immunise à vie contre la grippe ?

 |   |  420  mots
Et si la piqûre annuelle contre la grippe devenait un lointain souvenir? Bien sûr, il faudra d\'abord attendre les résultats des tests sur l\'homme d\'un nouveau vaccin potentiellement \"universel\". Mais le procédé développé par le laboratoire allemand Curevac en partenariat avec l\'Institut Friedrich-Loeffler-Institut, le centre de recherche allemand pour la santé animale, marque un premier pas dans cette direction. Le principe? Une injection d\'ARNm, une structure qui \"copie\" un gène et qui permet de transmettre des messages aux protéines.En l\'occurence, il s\'agit de pousser les cellules à produire des anticorps contre la grippe.Réduire les délais de productionJusqu\'à présent les injections antigrippe sont composées de protéines d\'hémagglutinine et de neuraminidase (les H et N de H5N1 ou H1N1). Ils sont renouvelés tous les ans à partir des souches que l\'Organisation mondiale de la Santé considèrent comme potentiellement dangereuses. Le problème est que cette méthode induit de longs délais de production (6 mois) et le risque que les souches détectées ne soient finalement pas celles qui se propagent le plus. Et elles obligent les sujets à risque (personnes âgées, enfants, asthmatiques) à se faire vacciner tous les ans.Plusieurs équipes de chercheurs sont sur le pont dans le monde pour tenter d\'y remédier. Et la découverte de l\'Institut Friedrich Loeffler pourrait marquer un pas. Celle-ci a été annoncée le 25 novembre dans le journal scientifique \"Nature Biotechnologie\". Le laboratoire y a indiqué avoir constaté sur les souris, furets et porcs testés qu\'ils avaient développé des anticorps  les immunisant contre des formes de grippe aviaire et porcine. La méthode permettrait dans un premier temps de réduire considérablement les délais de production des vaccins puisqu\'ils passeraient de 6 mois à 8 ou 10 semaines. En outre, le vaccin n\'a pas besoin d\'être réfrigéré.Marché du vaccin anti-grippe: 3 milliards d\'eurosA plus long terme, plusieurs laboratoires tentent de développer un vaccin universel dont l\'effet pourrait durer dans le temps. Il serait par exemple inoculé chez les enfants. Un tel procédé comporterait un autre versant à la médaille: il risquerait de priver les grands laboratoires d\'une manne considérable. En effet, le marché du vaccin contre la grippe dépasserait les 3 milliards d\'euros en 2015 selon une étude publiée par le bureau d\'études Research and markets.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :