Etats-Unis : quel espoir pour le mur budgétaire ?

 |   |  683  mots
Alors que la menace du mur budgétaire approche à grand pas, Wall Street continue d\'être confiant sur la signature d\'un accord autour du relèvement du plafond de la dette publique. Le monde de la finance, omniprésent à Washington, sait que des réunions autour du budget se multiplient à l\'heure actuelle à K Street, à Capitol Hill et dans les murs de la Maison-Blanche. \"Le bras de fer continue entre démocrates et républicains, explique à La Tribune, Donald Kettl, politologue à l\'université du Maryland. Wall Street qui a parié sur un accord avant le 31 décembre, pourrait devenir le juge de paix, en forçant Washington à prendre une décision au plus vite grâce aux variations du marché.\" Va-t-il falloir en arriver là? Début décembre, 57% des Américains étaient persuadés qu\'un deal allait être signé dans les temps. Ils ne sont plus aujourd\'hui que 50%.Un premier rendez-vous manquéLa crise actuelle est la conséquence d\'un premier rendez-vous raté. En août 2011, après de laborieuses négociations sur le relèvement du plafond de la dette publique, le Congrès et le président étaient arrivés à un compromis en relevant le plafond à 16.400 milliards de dollars et en imposant cette date fatidique du 31 décembre avec la menace du «fiscal cliff». Cette expression recouvre une hausse d\'impôts de 2% pour tous les Américains, l\'arrêt des allocations chômage pour deux millions de chômeurs et l\'entrée en vigueur de coupes automatiques de 600 milliards de dollars dans les dépenses publiques. Un «florilège» détonnant, susceptible d\'après les économistes de plonger le pays dans une récession.Le noeud gordien de l\'imposition des plus richesL\'équation mathématique est plutôt simple: les coupes budgétaires sont mal vues par le marché et il demeure difficile d\'augmenter les revenus d\'un pays sans augmenter les impôts. Le passage d\'une nouvelle loi sur l\'imposition est au centre de toutes les discussions. Une issue positive est elle encore d\'actualité? Qui va dresser le drapeau blanc, Barack Obama ou John Boehner, le chef républicain de la Chambre? Fort de sa victoire aux élections, Obama ne veut pas céder sur une hausse de l\'imposition des plus riches. Le président américain voulait augmenter l\'imposition des ménages gagnant plus de 250.000 dollars par an, étant prêt à aller jusqu\'à relever le plafond à 400.000 dollars. La façon dont le 44e président va composer avec cette crise et avec les républicains de la chambre pourrait définir sa capacité à diriger le pays pour les quatre prochaines années. Son leadership, observé par Wall Street, pourrait avoir un impact majeur sur le futur de l\'économie américaine.L\'espoir d\'un accord provisoire, faute de mieuxLes républicains sont contre toute hausse des impôts des américains les plus aisés (à la limite ceux gagnant plus d\'un millon de dollars par an) et sont favorables à des coupes budgétaire. Mais si l\'entrée dans la nouvelle année 2013 se fait sans un accord et que le mur budgétaire se met en place les impôts de tous les Américains seront augmentés de 2%. Une éventualité que leurs électeurs n\'apprécieraient pas. Ne voulant pas céder de terrain à Obama, les républicains de la Chambre ne peuvent pas se permettre d\'assumer le rôle de Judas auprès de l\'opinion, si le peuple américain souffre de leur entêtement.L\'ambiance est tellement malsaine à Washington, le clivage si prononcé, que certains politologues voient mal quel genre d\'accord pourrait être trouvé avant le 31 décembre. \"Il y a encore une chance pour que le président et le Congrès arrivent à conclure un deal à courte durée, souligne Donal Kettl. Il y a un mois cela aurait été le pire scenario possible. Mais aujourd\'hui, c\'est la meilleure solution que l\'on puisse espérer.\" 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :