Tom Press part à la conquête de l'Espagne

 |   |  332  mots
Tom Press ne manque pas de projets. En attendant de valider le modèle économique de son développement en franchise - un magasin test a été lancé en 2009 à Vénissieux (Rhône) - son dirigeant ressort des cartons ses projets sur l'Espagne. Petit-fils des fondateurs, Germain et Marie-Rose Louberssac, François Louberssac a repris en 1989 les rênes de la quincaillerie familiale basée à Lagarrigue (Tarn). Très vite, il fait le constat que le modèle traditionnel est voué au déclin et s'engage dans la vente à distance. « À l'époque, très peu de PME faisait de la vente par correspondance, explique-t-il. Nous avons débuté avec un seul produit, un presse-tomate, qui a donné son nom à la société : Tom Press. »Vingt ans plus tard, la PME, qui a gardé son catalogue papier, s'est aussi lancée dans le e-commerce (www.tompress.com), tout en passant de 1 à 2.000 références produits, sans compter les innombrables pièces détachées. « Je stocke tout ! C'est sans doute l'atavisme du quincaillier », s'amuse-t-il. L'entreprise s'est cependant spécialisée dans la transformation alimentaire. Ses best-sellers ? Des fumoirs à viandes, des machines à pâtes et des emballeurs sous vide.Afin de mieux assurer sa logistique, Tom Press (4,2 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2009, 31 salariés) vient d'emménager dans de nouveaux entrepôts, soit 4.000 m2 près de Castres. Pour 2011, Tom Press prévoit un chiffre d'affaires en hausse de 10 %. Mais l'entreprise veut aussi se relancer sur le marché espagnol, et prépare un site Internet marchand spécifique pour la péninsule Ibérique. « Nous cherchons aussi des partenaires, e-commerçants ou vépécistes traditionnels, pour cibler l'Angleterre et l'Allemagne, précise François Louberssac. Il s'agit de marchés matures pour le e-commerce, contrairement à l'Espagne, où le contact physique est toujours très privilégié. » Une expansion européenne qui pourrait soutenir la croissance de la PME : depuis 2001, Tom Press double son chiffre d'affaires tous les deux ans. Martin Venzal, à Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :