Axa mise sur "l'assur-banque" en France

3 mn

trong>Axa France, la filiale française du groupe multinational, affiche, dans un contexte difficile, des résultats en hausse. Son résultat opérationnel a augmenté de 7% en 2012, à 1,19 milliard d\'euros, pour un chiffre d\'affaires en légère hausse (+1,4%). Elle contribue à hauteur de 37% au résultat net du groupe, pour un chiffre d\'affaires qui ne représente que 25% du total mondial. Leader sur le marché français des contrats collectifs (vendus auprès des entreprises) en prévoyance et en santé, leader également sur le marché de l\'assurance des entreprises, l\'assureur ne veut pas délaisser, pour autant, la clientèle des particuliers. Bien au contraire. Elle prévoit de la développer.Des points de vente Axa ressemblant à des agences bancairesA l\'heure où certaines banques s\'interrogent sur le coût du réseau d\'agences bancaires, Axa veut au contraire investir dans celui-ci. Objectif principal: que les points de vente Axa ressemblent de plus en plus à des agences bancaires. 400 d\'entre eux seront rénovés et transformés à cet effet d\'ici la fin 2013. Fin 2015, 1000 le seront. Et les 750 agents généraux qui ont été formés aux problématiques bancaires -qui gèrent 1.000 points de vente- devraient recruter environ un millier de salariés dédiés à ces tâches. L\'idée est bien sûr d\'inciter les clients d\'Axa à faire de leur assureur aussi leur banquier. On ne parle pas de \"bancassurance\", puisqu\'Axa est d\'abord est un assureur, mais d\'\"assur-banque\". Cette stratégie paie déjà, à en juger par les évolutions récentes. Axa banque compte 750.000 clients, les encours de crédit ont progressé de 18% en 2012, dans un marché totalement plat.Une stratégie étonnante, alors que les banquiers voudraient diminuer le coût de leurs agences ? « En Californie, il n\'y a plus de librairie, mais toujours des agents généraux d\'assurance » répondent les dirigeants d\'Axa France. L\'idée est de mettre en place ce dont rêvent les banquiers: que les commerciaux vendent du conseil à forte valeur ajoutée, alors que les services les plus simples seraient traités par internet. « Le revenu par agent général ne cesse de progresser, la présence physique est importante » souligne-t-on chez Axa. Bref, il s\'agit de «réussir l\'ancrage de le grand public ».Les entreprises, un marché difficileS\'agissant des entreprises, Axa France estime tirer son épingle du jeu, dans un marché difficile. Avec la crise, le chiffre d\'affaires tend à baisser sur ce marché, alors que la sinistralité augmente. Les entreprises économisent sur la maintenance, d\'où, par exemple, s\'agissant des bâtiments, des risques d\'incendie plus élevés. Axa est parvenu malgré tout à augmenter son chiffre d\'affaires de 3,5% en 20102, dans cette branche.Complémentaire santé: une invalidation par le conseil constitutionnel?Axa sera bien sûr impacté par le projet de loi sur l\'emploi, qui prévoit la généralisation de l\'assurance maladie complémentaire à tous les salariés, avec une possible « clause de désignation » par les branches. Dans ce cas, toutes les entreprises d\'une branche seraient contraintes de se conformer au choix des partenaires sociaux. Sur les 700.000 contrats individuels santé que gère l\'assureur, 40% ont été signés par des salariés, et sont donc concernés. 280.000 contrats seraient donc à transférer de l\'individuel vers l\'assurance collective, que gère aussi Axa. Sauf que nombre de branches risquent de privilégier les institutions de prévoyance. L\'impact ne sera donc pas négligeable pour Axa France. Ses dirigeants espèrent une invalidation par le conseil constitutionnel de cette clause désignation contrainte, qui fausse la concurrence.    

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.