Regain d'ambition pour Bugbusters

L'heure est au rebond pour la société toulousaine Bugbusters qui engage un nouveau positionnement centré sur le service client et une offre simplifiée autour de la marque et de ses principaux coeurs de marché. Une remise en question qui marque un cap dans la vie de cette PME spécialisée dans l'assistance et le dépannage informatique.Le groupe fondé en 2004 par Stéphan Cros et Christophe Marcilly a connu depuis une belle ascension, au point de multiplier ses effectifs par quatre en quatre ans. En 2008, l'entreprise pèse alors 250 employés et engage une levée de fonds auprès de Midi Capital pour accélérer son développement dans tout l'Hexagone. La crise va cependant doucher les ambitions de l'entreprise qui s'enfonce dans le rouge. « Nous avons clairement subi un effet de ciseau, avec d'importants investissements d'un côté et le ralentissement économique de l'autre », analyse Stéphan Cros, le président.Pour combler le déficit, la société se voit contrainte de supprimer une cinquantaine de postes, ramenant ses effectifs à 220 personnes, et revoit toute son organisation. Elle réduit de 6 à 3 le nombre de ses directions régionales et rationalise l'ensemble. L'année 2009 marque le retour à l'équilibre pour les comptes de la société et... une réflexion plus globale du management. « Nous allons vers plus de simplicité et plus de proximité, avec une offre clients qui respecte certaines valeurs sociétales et environnementales, explique Stéphan Cros. Nous avons également quitté la notion de technologies pour revenir à celle de solutions informatiques. »Bugbusters n'en a pas pour autant abandonné ses ambitions et vise toujours le seuil des 50 millions d'euros de chiffre d'affaires d'ici trois ans, soit un triplement (12 millions d'euros réalisés en 2009). Une progression qui passe par de la croissance interne et par des acquisitions. 2 millions d'euros injectésToujours actionnaire, Midi Capital a confirmé une nouvelle augmentation de capital, avec un apport de 2 millions d'euros injectés pour moitié en fonds propres et pour moitié en obligations convertibles. De l'argent qui va servir à plusieurs rachats, dont un premier qui doit être réalisé dans le courant de cet été, dans le secteur de l'infogérance et l'assistance.« Parallèlement, nous revenons à nos ambitions européennes, annonce Stéphan Cros. La période est propice pour nouer des partenariats, avec la Belgique et l'Espagne. » Car, à terme, c'est bien la création d'un groupe européen de services informatiques qu'ambitionnent de créer les dirigeants de Bugbusters. Une volonté renforcée en national par la signature de contrats avec de grandes enseignes. Orange, Bouygues, Carrefour ont confirmé la délégation de leur service d'assistance informatique clientèle à Bugbusters, de même que, plus récemment, la Fnac. Les grands comptes continuent de peser pour 70 % de l'activité de l'entreprise.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.