HSBC sort les clients entreprises de ses agences pour spécialiser son réseau

Depuis l'été 2008, les clients du marché des entreprises de HSBC France ont vu leur site bancaire déménager. A la seule exception des professions libérales, qui restent accueillies dans leurs agences, tous les autres professionnels, de la micro-entreprise à la grande société, ont été concernés par la réorganisation. Comme l'explique Jacques-Emmanuel Blanchet, directeur du marché des entreprises, « début 2008, la banque exerçait sous des marques différentes, via des filiales, sans réseau spécialisé pour les entreprises ». Outre la cession du pôle des banques régionales aux Banques Populaires, le regroupement sous une marque unique des banques UBP, Hervet et de Baecque Beau, a été spécialisé. Les clients entreprises sont sortis des agences, et, selon leur taille, ont été transférés dans des pôles différents.Les entreprises de plus de 30 millions d'euros de chiffre d'affaires ont été réparties dans 10 « corporate banking center », répliquant une formule déjà à l'oeuvre chez HSBC dans le reste du monde. Pour les PME (chiffre d'affaires compris entre 750.000 euros et 30 millions), ce sont des « centres d'affaires entreprises », au nombre de 51 (dont 27 à Paris) qui ont accueilli ces clients. Cette segmentation existe également dans le reste du réseau HSBC.Premiers résultatsMais c'est dans le pôle « entrepreneurs » (40.000 clients) que réside l'innovation de HSBC France. En septembre prochain, leurs conseillers de clientèle seront installés dans une agence, mais seront rattachés à un pôle, dont le découpage suit une répartition géographique. Dans la région parisienne, il y aura 10 pôles entrepreneurs comptant chacun 10 chargés de clientèle. Au total, dans l'Hexagone, la banque comptera 175 conseillers entrepreneurs. « Nous sommes dans une phase de recrutement intense et nous sommes submergés de CV » assure Jacques-Emmanuel Blanchet. « Nous sommes ouverts à tous les horizons, de Bac+2 à Bac+5 à dominante commerciale. Le 15 septembre ils commenceront une formation de trois semaines. »Les premiers résultats de la réorganisation du marché des entreprises se font sentir. Le dirigeant ne souhaite pas donner de chiffres précis, mais affirme que son résultat d'exploitation a cru de plus de 50% entre 2007 et 2009. Cela est notamment dû à une croissance des revenus (et une progression de 40% du nombre net de nouveaux clients depuis le début de l'année) et à une maitrîse des charges, et cela malgré une croissance des effectifs. « Nous avons plus d'un an d'avance sur notre plan prévisionnel », se réjouit Jacques-Emmanuel Blanchet. G. L. S. et A. M.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.