La RATP devra être plus régulière aux heures de pointe

Le syndicat des tranports d'Île-de-France (Stif) gagne une partie face à la RATP. Présidée par Jean-Paul Huchon (PS), l'autorité organisatrice a convaincu la Régie de revoir ses critères de régularité. Et d'inscrire dans les termes de son contrat des objectifs notamment de régularité aux heures de pointe, plus en adéquation avec ce que vivent au quotidien les voyageurs. C'est sur ce point précis que les débats se sont éternisés ; de fait, à la RATP, toujours très fière de dire que son niveau de régularité est exemplaire, l'indicateur retenu reposait sur l'ensemble de la journée. Facile, dès lors, de compenser les retards en heure de pointe par un trafic en heures creuse où tout se passe très bien.Après plus de dix-huit mois de négociations, un avenant au contrat signé entre la RATP et le Stif sur la période 2008-2011 devrait être présenté lors du prochain conseil du syndicat, le 7 juillet, avec effet rétroactif au 1er janvier 2009. Son contenu a été soumis ce lundi à ces élus. La régularité du métro est désormais évaluée au travers de deux indicateurs : l'un portant sur le temps d'attente des voyageurs et l'autre sur la production de l'offre aux heures de pointe. Aux heures les plus chargées, le nombre de trains en circulation sur la ligne 13, qui concentre le plus de difficultés, est loin (90,8 %) de correspondre au service commandé par le Stif.Des progrès restent à faireConcernant la régularité des RER (la SNCF et la RATP se partagent les lignes A et B et la SNCF gère seule les lignes C, D et E), les nouveaux contrats - l'avenant avec la SNCF a été signé en février - intègrent un indicateur mesurant le pourcentage de voyageurs arrivant avec un retard maximum de 5 minutes à leur gare de destination sur l'ensemble de la ligne et sur l'ensemble de la journée. De gros progrès restent à faire, car la régularité s'élève en moyenne à 87,7 % sur la ligne A, à 78 % sur la ligne B, à 89,7 % sur la ligne C et à 84,7 % sur la ligne D. Ce même indicateur est utilisé pour les trains de banlieue Transilien, avec des résultats très mauvais notamment sur le réseau Paris Nord (77,2 %). Pour autant, et grâce aux indicateurs concernant l'information aux voyageurs, l'accueil en gare, la propreté, etc., le montant total des incitations financières versées par le Stif à la RATP pour 2009 s'élève à 10,32 millions d'euros et à 2,7 millions pour la SNCF. Ingrid Seithume

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.