Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, les nouveaux maîtres du « Monde »

 |   |  395  mots
L'offre de reprise du « Monde » par le trio Bergé-Niel-Pigasse (dit « BNP »), plébiscitée vendredi par les salariés (lire « La Tribune » de lundi) et seule en lice après le retrait de son concurrent, a été approuvée lundi, par les deux conseils d'administration du groupe de presse convoqués sur le sujet.L'élection a été plus que serrée lors du Conseil de surveillance du Monde Partenaires et Associés (LMPA), la holding de tête du groupe de presse (« Le Monde », « Télérama », « La Vie», « Le Monde Interactif »...), l'offre « BNP » n'ayant recueilli « que » 11 voix pour contre 9 absentions. Sans surprise, elle a reçu les neuf voix des représentants des salariés du groupe de presse, et celle de Louis Schweitzer, président du conseil de surveillance du Monde. Plus surprenant mais tout à son honneur, Claude Perdriel, le patron du « Nouvel Observateur » dont l'offre commune avec France Télécome;lécom et Prisa a été rejetée par les salariés, a voté en faveur de l'offre « BNP ». Lors du Conseil d'administration du Monde SA, société éditrice du quotidien, le conseil de surveillance a adopté le projet Bergé-Niel-Pigasse par 13 voix pour et 5 voix contre, celles du groupe de presse espagnol Prisa et de Lagardèrerave;re qui détiennent respectivement 17 % et 15 % du Monde SA. Pour Lagardèrerave;re, l'addition est salée car il était prévu qu'il cède à Prisa sa participation dans Le Monde SA (pour 35 millions d'euros), et à France Télécome;lécom les 34 % qu'il détient dans le Monde Interactif (pour 7 millions), si l'offre menée par Claude Perdriel l'emportait. Quant à Prisa, le groupe conseillé par Alain Minc qui aurait réfléchi jusqu'au bout à proposer une contre-offre n'a pas dit son dernier mot. négociations exclusivesL'homme d'affaires Pierre Bergé, le président fondateur de Free Xavier Niel et le banquier Matthieu Pigasse (Lazard) entrent en négociations exclusives avec le groupe Le Monde. Les relations entres les nouveaux propriétaires du Monde et les deux actionnaires minoritaires Prisa (dont la participation sera diluée à 4 %) et Lagardèrerave;re (à 5 %) s'annoncent difficiles. Le groupe d'Arnaud Lagardèrerave;re n'est plus désormais vendeur de ses 17 % dans le Monde Interactif. C'est à l'issue des assemblées générales de LMPA et du Monde SA, fin septembre, que la cession sera effective. Sandrine Bajos

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :