Un nouveau pavé dans la mare du « non-coté »

Un rapport publié cette semaine par le Centre for the Study of Financial Innovation, un « think tank » britannique, met en doute l'intérêt du capital-investissement en tant que classe d'actifs pour les investisseurs institutionnels. Il affirme que les robustes taux de rendement affichés s'expliquent en bonne partie par des effets de cycle et le recours intensif à la dette, synonyme de risques accrus, et qu'ils bénéficient davantage aux gérants qu'aux investisseurs. Rédigé par Peter Morris, un ancien de Morgan Stanley, le rapport recommande d'améliorer la transparence dans la communication sur les rendements, et de modifier le mode de rémunération des gérants pour qu'ils ne bénéficient plus des gains liés à la hausse générale du marché et au surcroît de dette, mais seulement de ceux liés à leur performance. B. J.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.