Renault Captur : Le petit « Crossover » anticonformiste

 |   |  1312  mots
Si le Peugeot 2008 est sage avec ses allures de break surélevé, son rival, le Renault Captur, apparaît à la fois plus 4x4 dans ses formes carrées, massives, et déluré avec des couleurs et intérieurs « flashy » - dans la version la plus chère, car, sur les autres, il s\'agit d\'options onéreuses ! Tant mieux pour la diversité. Les deux « Crossovers » de poche tricolores s\'adressent à des clientèles différentes. L\'industrie automobile française n\'a en tous cas pas perdu sa créativité. Bravo. « Notre » Captur d\'essai orange métallise avec un toit noir orné de zébrures et un intérieur noir-orange ne passait pas inaperçu. Dire que tout cela est de bon goût serait exagéré, tant l\'ensemble apparaît criard. Mais, ça tranche au moins avec le gris-noir habituel - d\'ailleurs disponible pour les plus discrets.Accessible et spacieuxAccessible, spacieux avec une très pratique banquette arrière réglable, le Captur offre un habitacle moderne et fonctionnel avec pas mal d\'espaces de rangement, dont un tiroir coulissant judicieux en guise de boîte à gants. L\'écran tactile central est amusant, même si les applications internet sont optionnelles et... peu prisées par les acheteurs. Critiquons toutefois un manque de sensibilité du pavé tactile et des repérages pas évidents. On retrouve avec plaisir le gros cadran affichant la vitesse à laquelle on roule en chiffres juste devant les yeux. La position de conduite est bonne, mais les dossiers de sièges sont trop mous et les réglages par crans durs. Quant à l\'accoudoir central, il est mal placé. Bof. L\'idée des tissus de sièges déhoussables (à 200 euros en option ou de série sur Intens) - pour les laver - est bonne. Leur aspect ordinaire et peu raffiné moins. Bref, il y a du bon et du moyen.Plastiques bas de gammeMais, le point noir de cet habitacle demeure... la qualité des plastiques, bas de gamme. Ce n\'est pas mieux que sur une Logan à bas coûts. Après la belle qualité perçue d\'une Clio III, la Clio IV manifestait déjà une régression sensible. Mais, ici, c\'est plus flagrant encore. Ce n\'est pas avec ça que Renault va se débarrasser de son image de « camelote » qui lui colle à la peau depuis des décennies... Les assemblages apparaissent, eux, globalement solides... mais pas tous (clipsages fragiles des aérateurs, poignées pour rabattre les sièges arrière qui risquent de ne pas durer longtemps, quelques écarts dans les jointures intérieures...). Déplorons que Renault - mais aussi PSA - laissent un boulevard à Volkswagen en matière de qualité perçue... On avait eu bon espoir avec les énormes progrès des Renault Mégane et Laguna, Peugeot 508 ou Citroën C5, DS4 et DS5, mais patatras. Ca sent l\'économie. Heureusement, la future Peugeot 308 semble, elle, beaucoup plus qualitative!Bon moteur dieselHeureusement, la conduite réserve, elle, de bonnes surprises. Certes, le diesel 1,5 dCi de 90 chevaux, seul proposé, manque de puissance pour un réel plaisir. Mais ce moteur se comporte agréablement, sans creux trop marqué à bas régime, avec une douceur et une souplesse que bien des rivaux pourraient envier. On apprécie le fonctionnement sans à-coups. La boîte de vitesses est à l\'abri des critiques. Mais le point d\'embrayage, flou, est difficile à trouver. Si l\'on veut démarrer rapidement, on fera immanquablement patiner ledit embrayage. Le bilan mécanique avec un si petit moteur demeure toutefois largement satisfaisant avec, en prime, une sympathique sobriété, mais sans plus (7 litres aux cents avec beaucoup de ville). Une boîte auto à double embrayage (1.400 euros) sera disponible en option dès septembre.Trains roulants précisLes trains roulants permettent une bonne précision de conduite, avec même une très belle agilité. On se laisse vite prendre à un certain plaisir de conduite que l\'on n\'aurait pas soupçonné. On apprécierait certes un peu moins de fermeté en ville. Mais le comportement routier et le confort restent d\'excellent niveau. Bref, les Renault Captur et Peugeot 2008 réservent un agrément mécanique et un comportemental supérieurs à celui des concurrentes directes. En revanche, ce faux 4x4 n\'a rien d\'un baroudeur. Il s\'agit d\'une stricte traction avant. Comme sur le 2008, aucune option quatre roues motrices n\'est prévue. Les Opel Mokka ou Nissan Juke offrent, eux, cette possibilité. Le Dacia Duster, moins cher et plus spacieux mais moins coloré et dynamique, propose aussi cette transmission intégrale.Tarifs compétitifsComme le 2008, le Captur constitue à ce jour un succès. 11.300 immatriculations ont déjà été enregistrées entre avril et juin en France. Pas mal du tout. Bonne nouvelle pour les marges de Renault: les deux-tiers des véhicules sont en finition haute Intens, la plus chère. Le Captur le mérite. Ce modèle est très bien né, sauf pour les plastiques et la présentation bas de gamme ! En revanche, côté fiabilité mécanique, pas de souci majeur à redouter! Le 1,5 dCi a été largement éprouvé et ses soucis de jeunesse appartiennent au passé. Produit en Espagne, le Captur s\'offre de plus à des tarifs compétitifs, compte tenu de l\'équipement. Il bénéficie en outre du service après-vente réputé de la firme au losange en France et des tarifs de pièces abordables. Il faut compter un tarif de départ de 15.600 euros en essence de 90 chevaux et de 17.800 en diesel.L\'Intens la plus typéeLa « Life » est le niveau de finition le plus simple avec déjà le régulateur-limiteur, l\'aide au démarrage en côte. Pour 1.900 euros de plus, vous accédez à la Zen avec la climatisation, le démarrage-accès mains libres. Pour 1.700 euros en supplément (par rapport à la Zen), on passe à l\'Intens, la plus complète avec GPS tactile, radar de stationnement arrière et caméra, la peinture bi-ton, les sièges bicolores (noir-orange, gris clair-gris foncé, gris-orange, gris-bleu). On aura ici de série également des jantes noires, orange ou ivoire. L\'Intens est donc la plus typée des finitions et certainement celle qui donne ce côté déluré si attachant au Captur.Plein d\'optionsLa connection « R Link » vous oblige toutefois à débourser 440 euros supplémentaires. Toutes les décorations personnalisables sont évidemment proposées moyennant un supplément : 470 euros pour la peinture métallisée, 300 si vous aimez les zébrures de toit. Les touches de chrome ou colorées extérieures sont à 100 euros. Les décors colorés intérieurs (cerclages sur les aérateurs entre autres) sont également à 100 euros. Le volant personnalisé avec un motif que l\'on retrouvera sur les sièges se négocie, lui, à 150. On peut dire que le marketing de Renault a pompé les recettes des Mini ou Fiat 500... Ca peut faire grimper vite l\'addition. Un conseil : n\'allez pas sur le site Renault pour configurer votre véhicule ! C\'est l\'exemple même de la confusion. On ne s\'y retrouve pas entre ce qui est de série et en option.... Pour embrouiller le client ?Alain-Gabriel VerdevoyeModèle d\'essai : Renault Captur dCi 90 Intens : 21.400 euros (-200 euros de bonus)Puissance du moteur : 90 chevaux (diesel)Dimensions : 4,12 mètres de long x 1,78 (large) x 1,57 (haut)Qualités : Habitacle spacieux et coloré, bon comportement routier, diesel souple, doux et sobre, boîte de vitesses bien guidée, prix compétitifDéfauts : Plastiques et présentation bas de gamme, écran tactile pas si pratique,  détails d\'ergonomie, embrayage flouConcurrents : Fiat 500 L Trekking 1,3 Multijet : 21.050 euros ; Peugeot 2008 1,6 e HDI Allure : 21.400 euros ; Citroën C3 Picasso 1,6 HDi Exclusive : 22.650 eurosNote : 14,5 sur 20

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :