« Nous souffrons d'un manque de stratégie d'innovation claire »

 |  | 239 mots
Jean-Claude Prager, Coauteur du rapport du CAE *Comment expliquez-vous le retard de la France en matière de valorisation de la recherche ?La première raison est celle du manque d'efficacité de la recherche fondamentale. Ensuite, il y a un problème de relations entre le monde économique et les universités. Enfin, nos capacités de transfert n'ont pas la masse critique et ne sont pas assez professionnalisées. Bref, il n'y a pas de stratégie d'innovation claire et le cloisonnement administratif créé un déficit de conception. La notion de « marché des brevets » ne favorise-t-elle pas le risque de financiarisation ?Le brevet est un bien hybride, très contingent : sa valeur varie en fonction du contexte de négociation. Il est donc illusoire de vouloir lui donner une valeur marchande, ce qui réduit tout espérance de financiarisation. Celle-ci est dangereuse du point de vue éthique et professionnelle.Les sociétés de valorisation (SATT) prévues par le grand emprunt remettront-elles la France dans la course ?Elles pourront donner une impulsion supplémentaire à condition de fonctionner de façon professionnelle et sans créer une institution de plus. Il faut surtout développer ce tissu d'intermédiation qui existe aux États-Unis ou en Allemagne. En France, nous avons créé trop d'offices publics, lesquels finissent par s'asphyxier entre eux.Propos recueillis par C. J.(*) Et directeur de l'agence pour la diffusion de l'information technologique, Adit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :