La BCE plus sévère lors des refinancements

La BCE a poursuivi ce mercredi l'ajustement prudent de ses mesures anti-crise. Conformément à l'annonce faite en avril, l'institution a publié la nouvelle échelle de décote qui sera appliquée à partir du 1er janvier 2011 lors de ses opérations de refinancement, au cours desquelles elle prête à 1 % des liquidités aux banques de la zone euro, garanties par des titres de dette.Prolongement du plancherLes décotes sur les titres de dette émis par les gouvernements et les banques centrales ne seront pas concernées et s'échelonneront toujours de 0,5 % à 13,5% suivant les maturités et les notations financières. Dans le cas d'une décote de 10 %, une banque ne peut obtenir que 90 millions d'euros de prêts pour un actif en garantie (ou « collatéral ») d'une valeur nominale de 100 millions d'euros. En revanche, les titres les moins liquides et les obligations titrisées notés entre AAA et A- verront leur décote augmenter à respectivement 22,5 % et 16 %. Pour les actifs notés entre BBB+ et BBB-, la décote pourra atteindre jusqu'à 69,5 %.Ces ajustements ne remettent cependant pas en cause le prolongement, au-delà de la fin 2010, du plancher minimum de BBB- accepté lors des opérations de financement de la BCE. Au plus fort de la crise, l'institution avait ainsi décidé le 15 octobre 2008 d'abaisser de A- à BBB- ce plancher pour faciliter le refinancement des banques européennes, qui refusaient de se prêter entre elles. Son prolongement avait été annoncé le 8 avril dernier pour conjurer la crise grecque et avait été complété le 3 mai par exemption totale de minimum pour les titres grecs. Julien Beauvieux
En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.