Espagne : l'immobilier reste une bombe à retardement

Sur les 439 milliards d'euros prêtés aux secteurs immobilier et de la construction, 181 milliards sont jugés « problématiques » par la Banque d'Espagne, soit 8,3% de plus qu'il y a six mois. Ce montant représente 41,2% des sommes prêtées par les banques espagnoles aux deux secteurs les plus affectés par la crise. Dans son rapport sur la stabilité financière du pays, la Banque d'Espagne a inclus, dans sa base de calcul, les créances douteuses, les prêts qui présentent certaines vulnérabilités mais qui ne sont pas pour autant « douteux », les immeubles acquis, et les prêts irrécouvrables. Le taux de couverture total de ces crédits s'élève à 33 %, ce qui a conduit Elena Salgado, ministre de l'Economie espagnole, à « dédramatiser » les dangers de l'exposition de la banque à l'immobilier. C'est aussi le point de vue d'une source du secteur qui affirme qu' « il n'y a pas de quoi s'alarmer », notamment grâce aux provisions imposées par la Banque d'Espagne pour couvrir les risques.« la menace vient du passé »Le superviseur veut, par ailleurs, éviter que les banques retardent la reconnaissance des pertes associées à l'immobilier. Ainsi, la nouvelle norme comptable impose une détérioration de 10 % des immeubles acquis amplifiable à 20 % et 30 % au bout d'un et deux ans. Les banques et les caisses d'épargne ont actuellement un portefeuille d'immeubles de 70 milliards d'euros, contre 59,7 milliards en mars 2010. Selon certains analystes, les banques essaient d'allonger la durée de vie des prêts pour ne pas avoir à assumer les pertes associées aux immeubles qu'elles pourraient récupérer. En juin 2010, le taux de créances douteuses des entreprises de la construction et de la promotion immobilière était de 10,9 %, contre 4,3 % pour les entreprises des autres secteurs, souligne la banque d'Espagne dans son rapport. Tous secteurs confondus, il est actuellement de 5,6%.Les banques paient aujourd'hui les excès du boom économique, lorsque l'abondance de liquidité les avait conduites à assouplir leur gestion du risque notamment à l'égard des projets immobiliers. « Toute la menace vient du passé. Désormais, les entités sont plus prudentes », affirme une source proche du secteur des caisses d'épargne.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.