Flash infos

Les barrages et les éoliennes d'Enel peinent à séduire les investisseurs. L'électricien italien avait lancé le 18 octobre la mise en bourse de sa branche dédiée aux énergies renouvelables, baptisée Enel Green Power (EGP), qui a réalisé 2,1 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2009 pour 1,3 milliard de marge brute d'exploitation. Le prix offert, entre 1,8 et 2,10 euros par action, valorisait EGP entre 9 et 10,5 milliards d'euros. Trop cher visiblement. Le groupe italien a abaissé jeudi sa fourchette de prix, comprise désormais entre 1,6 et 2,10 euros, soit une valorisation de 8 à 10,5 milliards. L'offre est ouverte jusqu'à ce vendredi pour une première cotation le 4 novembre, à Milan et à Madrid.Avec cette mise en Bourse d'EGP, dont il compte céder jusqu'à 32,46 % du capital, Enel espère lever au moins 3 milliards d'euros. Cette somme sera utilisée pour réduire le lourd endettement du groupe italien, qui atteindrait 54 milliards d'euros selon Bloomberg. Un endettement accru par le rachat, finalisé l'an dernier, de l'espagnol Endesa.D'autres électriciens européens ont ainsi mis en Bourse leurs activités dans les énergies renouvelables : l'espagnol Iberdrola en décembre 2007 et le portugais EDP en juin 2008. Pour l'un comme pour l'autre, le titre de la filiale a chuté de moitié environ depuis son introduction. Face à ces deux homologues, très spécialisés dans l'éolien, EGP présente toutefois l'avantage d'avoir un parc équilibré, avec de l'éolien, de l'hydroélectricité et de la géothermie.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.