Des investisseurs américains demandent au Congrès de maintenir les aides à l'éolien

 |   |  465  mots
Instauré par G.W.Bush en 1992, le crédit d\'impôt sur l\'éolien (PTC pour production tax credit), qui équivaut à de 2,2 cents par kWh produit, aurait favorisé, selon l\'association américaine de l\'éolien, la création de 75.000 emplois et 20 milliards de dollars d\'investissements privés. Cette aide doit être renouvelée régulièrement et ce n\'est pas la première fois que l\'incertitude sur sa prolongation mine la filière. A chaque fois que cela s\'est produit, les capacités installées ont chuté de plus de 70% dans l\'année suivante. 37.000 emplois menacésLe Sénat ayant refusé de la prolonger lors d\'un vote en septembre dernier, elle s\'éteindra donc le 31 décembre prochain, à moins que le Congrès n\'entende les arguments des investisseurs. Ces derniers sont d\'autant plus inquiets que Mitt Romney a d\'ores et déjà annoncé qu\'il ne la ré-établirait pas s\'il était élu. Il justifie sa position par sa volonté de remettre toutes les sources d\'énergie au même régime, sans octroyer d\'avantage particulier aux renouvelables. Obama a de son côté averti que l\'expiration de cette aide conduirait à la perte de 37.000 emplois à l\'échelle du pays.Ces derniers mois, cette situation a en effet été invoquée à plusieurs reprises par les industriels du secteur pour justifier leurs licenciements. Notamment par Siemens qui a supprimé 4000 postes de son usine de fabrication de turbines dans l\'Iowa, un état dans lequel l\'éolien est le secteur industriel le plus développé. Nécessaire stabilité réglementaire Les signataires comptent de nombreux membres d\'un réseau d\'investisseurs spécialisés dans les risques et opportunités du changement climatique et quelques-uns des plus grands fonds de pension, qui plaident pour une transition énergétique et un cadre stable permettant les investissements de long terme qui s\'imposent, notamment, dans le renforcement du réseau électrique. Et qui ne peuvent se permettre d\'investir à long dans des secteurs rendus trop risqués par une instabilité réglementaire et tarifaire alors qu\'ils doivent verser des pensions de retraite.35 % des nouvelles capacités de production d\'énergie depuis 5 ansAu cours des cinq dernières années, l\'éolien a représenté 35 % des capacités de production d\'énergie installées aux Etats-Unis, et a vu ses coût baisser de 90 % depuis 1980.Mais le contexte est bien différent aujourd\'hui, notamment en raison des quantités de gaz et pétroles non conventionnels dont dispose le pays. A l\'approche des élections présidentielles du 5 novembre prochain, les acteurs de la filière (et pas seulement américains) retiennent leur souffle. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :