Mettez du plaisir dans votre portefeuille ! 2800s

Les particuliers fortunés, qui disposent d'un patrimoine important, choisissent leurs investissements en fonction de critères financiers, et notamment le premier d'entre eux : la rentabilité espérée. Quoi de plus rémunérateur qu'un placement en actions au creux de la vague avant un rally boursier, ou qu'un investissement locatif dans une ville en pleine croissance. Rentable certes, mais sans grande saveur et pas forcément intéressant aux yeux de tous. A contrario, un investissement plaisir, qui vise à acheter des terres, des bijoux précieux, des oeuvres d'art ou des objets de collection, fait davantage rêver les particuliers. Car, pour une part de plus en plus importante d'entre eux, investir pour gagner de l'argent n'est plus une finalité. « Elle l'est même de moins en moins avec la nouvelle génération d'entrepreneurs qui ont gagné beaucoup d'argent au cours de leur vie professionnelle et souhaitent se faire plaisir ou rendre à la société une partie de ce qu'elle leur a apporté », précise un banquier privé. Dans ce cas, ils laissent libre cours à différents projets personnels : posséder une forêt dans la région où il passaient, enfant, leurs vacances, vivre dans une propriété qui produit un grand cru pour devenir gentleman farmer, commencer une collection en devenant mécène d'artistes contemporains ou collectionneur avisé de pièces rares. Seul impératif pour l'ensemble de ces investissements : avoir du temps devant soi. Car il faut davantage de temps pour acheter la forêt qui correspond à ses envies et à ses projets que pour souscrire un contrat d'assurance-vie. Autre dimensionAu-delà des investissements plaisirs, la philanthropie se développe également chez les gestionnaires de patrimoine haut de gamme. Même s'il ne s'agit pas d'un placement au sens littéral du terme, car le donateur se dessaisit d'une partie de sa richesse, la logique est similaire à celle d'un investissement plaisir. « Donner une partie de sa fortune pour une oeuvre ne génère aucun retour sur investissement en termes financier, en revanche, cela permet aux investisseurs d'entrer dans une autre dimension, par exemple regrouper la famille autour d'un projet concret », précise Valérie Aubier Le Corre, directeur Philanthropy Services à UBS France. Enfin, même si ce n'est pas la motivation première des particuliers qui se lancent sur ces créneaux, les investissements plaisirs bénéficient d'avantages fiscaux qui les rendent encore plus intéressants. Ils sont ainsi souvent exclus de la base taxable à l'ISF ou bénéficient d'abattements particuliers, voire permettent de minorer l'impôt sur le revenu ou l'ISF. En outre, lors de leur transmission, ils bénéficient parfois d'avantages particuliers. Enfin, si ces investissements ont été réalisés avec soin, après études de différents critères et non sur un simple coup de coeur, ils sont quasiment toujours générateurs de belles plus-values à long terme.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.