« Une collection a besoin d'être vue pour vivre »

Jean-Luc Monterosso,Directeur de la Maison européenne de la photographieIl a pris le titre de son institution au pied de la lettre, faisant de la Maison européenne de la photographie qu'il dirige depuis 1998, le « home sweet home » parisien du médium. Le public vient ici comme chez lui, s'appropriant aisément les lieux et les expositions. Et c'est là l'une des plus belles réussites de Jean-Luc Monterosso. Tout comme ce Mois de la photo qu'il a contribué à créer il y a trente ans. Rencontre avec un homme passionné et passionnant, souvent très drôle, que l'on pourrait écouter parler pendant des heures de l'évolution de la photographie, de la collection de la MEP ou de sa nouvelle machine à pain.Comment a évolué la photographie au cours des trois dernières décennies ?Elle a radicalement changé, passant du statut de document à celui d'oeuvre d'art. Les barrières sont tombées et le cloisonnement n'est plus de mise. Beaucoup de photoreporters, tel Luc Delahaye, se sont reconvertis et ont intégré le circuit des galeries. Les barrières entre images fixes et animées se sont elles aussi effondrées. Les boîtiers permettent désormais de faire de la photo et de la vidéo. Cette révolution numérique entraîne la disparition du travail en laboratoire et met la photo à la portée de tous. Mais cette inflation d'images conduit aussi au cataclysme visuel. Enfin, le public a également beaucoup évolué. Il est devenu plus large mais néanmoins plus exigeant. On ne peut plus se contenter d'accrocher des photos au mur comme nous le faisions avant. Ce même public est aussi plus autonome, grâce aux historiens de la photographie. Il faut se souvenir qu'il y a trente ans, seul le livre de Barthes « la Chambre claire » traitait du sujet. Il existe désormais tout un appareil critique. Les universités ont aussi ouvert des départements dédiés à l'enseignement de la photo.Comment est née l'idée d'ouvrir votre collection aux autres institutions pour le Mois de la photo ?Sur les 20.000 oeuvres que nous possédons, nous pouvons en montrer 500 au maximum. Nous avons donc décidé de trouver un moyen pour élargir ce nombre. Une collection a besoin d'être vue pour vivre.Parlez-nous de l'exposition que vous présentez à la MEP dans le cadre du Mois de la photo.Elle s'intitule « Autour de l'extrême ». Ce terme de l'extrême correspond à notre société qui a une prédilection pour ce qui est limite. Les artistes, pour leur part, ont toujours essayé de repousser dans leurs oeuvres les limites géographiques, sexuelles ou politiques. Nous allons donc montrer non pas le spectacle du pire mais une esthétique de l'extrême.Propos recueillis par Yasmine You

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.