Petit tour d'horizon du Mois

STRONG>Henri Cartier-Bresson« Voici la dernière photo signée par Henri Cartier-Bresson (1908-2004), trois mois avant sa mort. Sa signature, très tremblée est très émouvante. Chaque fois que je proposais à Henri de faire une exposition à la Maison européenne de la photographie, il disait d'abord non. Il revenait ensuite sur sa décision en précisant « Ok mais tu ne me donnes pas plus d'une petite salle du côté des WC ». Et il finissait par envahir tout le musée. Ça a commencé avec « les Européens », ça s'est poursuivi avec « Paris à vue d'oeil ». Et chaque fois, l'aide de la photographe Martine Franck, son épouse, était précieuse pour le convaincre ». La photo de ces deux femmes saisies dans leur intimité a été réalisée au Mexique en 1934 par Henri Cartier-Bresson. Elle sera exposée à la MEP dans le cadre de l'exposition « Autour de l'extrême ».Maison européenne de la photographie, 5-7, rue de Fourcy, 75004 Paris. Exposition du 10 novembre au 30 janvier. Tél. : 01.44.78.75.00. www.mep-fr.orgOUMAR LY« La dernière photo achetée par la Maison européenne de la photographie est un portrait d'Oumar Ly. L'exposition du musée des Arts derniers, où ses photos des années 1970 sont exposées aux côtés de celles de Malick Sidibé, est pour nous l'occasion de réintroduire la photographie africaine dans l'histoire du médium. » Né en 1943 dans la région du Fouta, Oumar Ly a, comme Malick Sidibé, appris la photo avec les Français avant d'ouvrir son propre studio en 1963. Ce qui ne l'empêche pas de sillonner sa région des années durant pour réaliser les photos d'identité de ses concitoyens. Il se lance dans le portrait de groupe à partir des années 1970.Musée des Arts derniers, 28, rue Saint-Gilles, 75003 Paris. Exposition du 1er au 27 novembre. Tél. : 01.44.49.95.70. www.art-z.etMohamed Camara« J'ai découvert ce photographe, il y a six ans, à l'occasion du Mois de la photo 2004. À l'époque, ce jeune Malien hésitait encore entre faire de la photo et devenir joueur professionnel de foot. Heureusement, il a fini par choisir la photo. La Maison européenne de la photographie lui a passé commande d'une série consacrée au ?Paris des Maliens?. J'aime chez lui ce sens de la couleur et cette poésie lumineuse et innocente. » Pour cette nouvelle exposition, Mohamed Camara présentera ses derniers tirages issus de la série « Souvenirs », pour laquelle il a fait poser ses amis avec une vieille photo d'eux enfermée dans un sac plastique plein d'eau. Galerie Pierre Brullé, 25, rue de Tournon, 75006 Paris. Exposition du 6 novembre au 4 décembre. Tél. : 01.43.25.18.73. Karl Lagerfeld« L'exposition à laquelle il participe à la Monnaie de Paris, ?Steidl : quand la photographie devient livre, de Robert Frank à Karl Lagerfeld?, illustre un des aspects de la Maison européenne de la photographie. Car nous possédons une très importante collection de livres. Et l'on oublie trop souvent que la photo a longtemps été diffusée uniquement par le livre et le magazine. Steidl représente l'aristocratie de l'imprimerie. Quant à Lagerfeld, c'est un grand fabricant d'images doublé d'un immense illustrateur qui continue d'aimer l'argentique. Son exposition à la MEP révèle un aspect inconnu de son travail qui en fait un photographe singulier. Pour beaucoup de créateurs qui font de la photo mais ne sont pas photographes, cette dernière est le point de départ. Pour lui, c'est le point d'arrivée. Il dessine même ses tirages. »Monnaie de Paris, 11, quai Conti, 75006 Paris. Exposition du 9 novembre au 24 décembre. Tél. : 01.40.46.55.10. www.monnaiedeparis.fr Valérie Belin« Nous l'avons exposée chez nous à plusieurs reprises. J'aime chez elle, la cohérence absolue de sa démarche, depuis sa série sur les miroirs vénitiens jusqu'à son dernier travail sur les mannequins. Valérie Belin travaille depuis toujours sur l'ambiguïté des apparences. Ainsi, ses mannequins de celluloïd ressemblaient à des mannequins en chair et en os et ses mannequins de chair et os ressemblaient à des mannequins en celluloïd. Il y a toujours chez elle un entre-deux entre la forme et le sens. Je la considère comme l'une de nos plus grandes artistes françaises. Le musée d'Art moderne de New York ne s'y est pas trompé en achetant ses photos. Mais malheureusement, elle n'est pas reconnue à sa juste valeur. L'une des photographies de Valérie Belin fait partie de l'exposition ?Autour de l'extrême? .»Maison européenne de la photographie, 5-7 ,rue de Fourcy, 75004 Paris. Exposition du 10 novembre au 30 janvier. Tél. : 01.44.78.75.00. www.mep-fr.org. hARRY cALLAHAN« Harry Callahan adorait la France. Il avait réalisé une série de photos à Aix-en-Provence entre 1955 et 1956 qu'il nous a offerte ensuite. Agnès Sire, la directrice de la Fondation Henri Cartier-Bresson lui consacre avec ?Variations? une exposition remarquable. Elle donne à voir ses petits formats qui témoignent tous d'un amour considérable pour la photographie. Il y a chez Callahan une proximité du regard, de l'intime qui a totalement disparu de nos sociétés et qui me touche particulièrement. La fondation a fait un sans faute depuis son ouverture avec des expositions de haute tenue qui forment le regard. C'est un lieu ouvert. On y retrouve l'esprit même de Cartier-Bresson et de son épouse. » Fondation Henri Cartier-Bresson, 2, impasse Lebouis, 75014 Paris. Exposition jusqu'au 19 décembre. Tél. : 01.56.80.27.00. www.henricartierbresson.org William Klein« Nous avons dans nos collections une photo de William Klein figurant un homme fumant trois cigarettes. Elle a été prise à New York en 1955 à un bal de charité qui se tenait au Waldorf Astoria. Le même jour, au même endroit se trouvait un autre très grand photographe : Robert Frank. Ces deux-là sont pour moi les pères fondateurs de la photo contemporaine. J'ai avec Klein un rapport d'amitié très fort. Sa curiosité, permanente, me fascine. Et il me donne, chaque fois que je le vois, une leçon de jeunesse. C'est un homme qui dit très franchement les choses. Parfois même de manière brutale. Mais c'est toujours très pertinent. » Pour l'exposition « Klein d'oeil », la galerie Polka a donné carte blanche à William Klein.Galerie Polka, cour de Venise, 12, rue Saint-Gilles, 75003 Paris. Exposition du 16 novembre au 29 janvier. Tél. : 01.71.20.54.97. Polkaimage.com rAYMOND dEPARDON« À la Maison européenne de la photographie, il y a un avant et un après Raymond Depardon. C'est un homme qui sait travailler en équipe, dans un souci constant du dialogue avec l'autre. C'était merveilleux de voir comment, pour ses différentes expositions, il montrait autant d'attention à ce que lui disaient les femmes de ménage que les cadres de la MEP. Son exposition sur ?La France? à la BNF témoigne de son amour pour le pays, pour la photo et de son honnêteté. En présentant les photos de ceux qui l'ont influencé, ses carnets de repérage, il reconnaît ses sources et rappelle que la photographie nécessite un vrai travail d'investissement qui se joue dans la durée. C'est un antidote à l'éphémère de la société actuelle qui porte aux nues des artistes pour les oublier le lendemain. »BNF, site François Mitterrand, Quai François Mitterrand, 75013 Paris. Exposition jusqu'au 9 janvier. Tél. : 01.53.79.59.59. www.bnf.fr Magnum Gallery, 13, rue de l'Abbaye, 75006 Paris. Exposition du 4 novembre au 8 janvier. Tél. : 01.46.34.42.59. www.magnumgallery.fr

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.