Orco Property reprend la main

 |   |  360  mots
+ 7,61 %Comme quoi, même les groupes apparemment en difficulté peuvent réserver de belles surprises. C'est indéniablement ce que vient de démontrer la foncière Orco en publiant vendredi des résultats trimestriels plutôt encourageants. Sur le seul troisième trimestre, la société a enregistré un profit net de 4 millions d'euros, à comparer à un déficit de 1 million d'euros l'an passé à pareille période. Par rapport au deuxième trimestre, le promoteur immobilier a profité d'une réduction de 8 % de ses frais financiers, à 23 millions d'euros, ainsi que d'une baisse de 11 % de ses dépenses opérationnelles. Orco précise également que depuis le début du quatrième trimestre, il a conclu deux accords de cessions d'actifs en Tchéquie et en Hongrie pour une valeur totale de 23 millions d'euros. Problèmes de financementNouvelles qui n'ont pas manqué de doper le titre. Celui-ci a bondi de 7,61 % à 7,92 euros. Il y a quelques mois pourtant, le groupe faisait face à une attaque en règle d'un groupe de créanciers obligataires bien décidé à prendre les rênes de l'entreprise, non sans avoir martelé qu'une reprise en main était urgente pour éviter le pire. Depuis, Jean-François Ott, le patron d'Orco a réussi à « bouter l'ennemi » hors de son périmètre et il se concentre manifestement sur la stratégie déjà évoquée, à savoir la concentration de son patrimoine autour de la Pologne pour l'essentiel mais aussi sur un nombre restreint de métiers. Orco est à la tête d'un foncier important mais se heurte aux difficultés actuelles de financement de projets. Il a récemment fait entrer plusieurs actionnaires institutionnels, mais dans de faibles proportions. Il ne cache pas qu'il aimerait bien se rapprocher d'un groupe de référence susceptible de l'épauler. L'an passé, il a failli faire entrer Colony Capital, mais celui-ci s'est retiré au dernier moment. La société de Sébastien Bazin aurait pourtant fait une meilleure affaire que dans Carrefour, puisque la firme de Jean-François Ott bondit de 25 % depuis le début de l'année quand le distributeur français, participation phare de Colony, ne gagne que 8 %... Pascale Besses-Boumard

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :