Le haut débit par satellite se démocratise

 |   |  435  mots
Depuis quelques années, le satellite devient une solution alternative aux réseaux Internet haut débit terrestres, notamment dans les zones rurales. En France, 400.000 foyers ne seraient pas éligibles à l'ADSL. Et nombre d'abonnés se plaignent de débits trop limités. Quant à la fibre optique, son déploiement se heurte à des coûts élevés.La technologie de l'Internet par satellite a beaucoup évolué et permet désormais de communiquer dans les deux sens (en réception comme en émission) avec la même qualité de service. Avant 2005, seul l'accès unidirectionnel était possible : la réception des données se faisait par satellite mais les flux sortant - ce que l'internaute envoyait - passaient par la ligne téléphonique. Depuis 2007, l'opérateur Eutelsat utilise les capacités de deux satellites de télévision pour proposer, via des distributeurs sous la marque Tooway, une offre « triple play » (Internet, téléphonie, télévision) à un débit maximal de 3,6 mégabits par seconde (Mb/s).82 faisceaux Les nouveaux modèles de satellites tirent parti des fréquences de bande KA qui offrent des capacités beaucoup plus élevées. Mieux : ces engins transmettent les données sur des petits faisceaux très concentrés favorisant la rapidité des flux. Le dernier-né d'Eutelsat, le KA-Sat, est équipé de 82 faisceaux étroits qui couvrent toute l'Europe. Il affiche des performances à faire rêver nombre d'abonnés à l'ADSL. Ses concepteurs parlent de débit de 10 Mb/s en réception et de 4 Mb/s en émission pour les abonnés grands public. « La conséquence principale de cette rupture technologique est une diminution du prix de la bande passante. Elle devrait permettre de réduire considérablement les coûts pour les opérateurs, qui pourront ainsi les répercuter plus facilement sur les distributeurs et utilisateurs finaux », observe Maxime Baudry consultant en télécoms à l'Idate. Les abonnements grand public débutent aujourd'hui à 30 euros, des prix tout à fait compétitif avec les offres ADSL. Le prix du modem et de l'antenne parabolique a aussi beaucoup baissé (300-400 euros environ). Dans certaines régions, les collectivités locales subventionnent cet équipement au titre de l'aménagement du territoire et de la réduction de la fracture numérique.Les opérateurs de satellite américains ont été les premiers à proposer des offres Internet haut débit. On compte déjà 1 million d'abonnés aux États-Unis et 200.000 en Asie. L'Idate table sur 610.000 utilisateurs dans quatre ans sur la zone Europe-Afrique du Nord contre 138.000 cette année. L. P.Les abonnements grand public débutent aujourd'hui à 30 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :