Avis de beau de temps pour Bénéteau

La tempête est passée pour le fabricant de bateaux Bénéteau;néteau. L'année 2008-2009 marquée par une « crise économique et financière sans précédent » qui s'était traduite par un effondrement de 50 % du marché mondial de la plaisance s'éloigne. Et, jeudi soir, Bruno Cathelinais, le président de Bénéteau;néteau a livré des prévisions optimistes pour l'exercice en cours et le suivant. Bénéteau;néteau sort victorieux des grands salons nautiques de l'hiver, dont le salon de Paris. Le groupe n'avait pas ménagé sa peine avec près de 30 nouveaux modèles présentés à cette occasion, du jamais-vu. Le groupe a engrangé des commandes qui représentent 70 % de son objectif annuel. Grâce à cette visibilité, il a confirmé attendre une croissance de 17 % de ses ventes, dans l'ensemble de ses activité (nautisme et construction d'habitat léger), à 771 millions d'euros, pour l'exercice 2009-2010 qui se terminera en août prochain. Retour aux bénéficesCe chiffre se compare à celui de l'exercice 2008-2009, en chute de 39,7 %, à 659,2 millions. Et pour l'exercice suivant, 2010-2011, le chantier nautique prévoit d'accélérer le rythme de progression à 20 % pour réaliser 930 millions d'euros de chiffre d'affaires. Ses ventes reviendront alors à un niveau proche de celui de 2007-2008, année record pour le groupe vendéen.Ce retour à la croissance de l'activité s'accompagnera d'une amélioration de la rentabilité. Le résultat opérationnel de Bénéteau;néteau, qui était tombé à 8,7 millions d'euros en 2008-2009, devrait remonter à 37,5 millions d'euros en 2009-2010 et à 84,5 millions à l'issue de l'exercice suivant. La marge opérationnelle devrait ainsi progressivement repasser de 1,3 % à 9,1 % en l'espace de trois ans. Après une perte nette de 10,4 millions d'euros en 2008-2009, Bénéteau;néteau pourrait redevenir bénéficiaire à hauteur de 26 millions d'euros en 2009-2010, selon les prévisions de l'entreprise.Une acquisition aux Etats-UnisSi Bénéteau;néteau n'a pas échappé aux conséquences de la crise, il fait partie des acteurs du nautisme les mieux placés pour profiter des opportunités résultant de cette période difficile. Le groupe dispose de 114,2 millions d'euros de trésorerie, dont 64,2 millions d'euros sous forme d'actions détenues en autocontrôle, pour financer des acquisitions. Le groupe est donc à l'affût d'opportunités de croissance externe. Il pourrait concrétiser une acquisition aux Etats-Unis dont il parle depuis des années. A l'issue de la dernière crise du secteur, Annette Roux, la présidente de l'époque, qui est toujours le premier actionnaire de Bénéteau;néteau, avait signé plusieurs acquisitions, dont celle de son concurent Jeanneau. Ces opérations avaient changé la physionomie du groupe. Vendredi, toutes ces prévisions étaient bien accuellies en Bourse. L'action Bénéteau;néteau gagnait 4,84 %, à 13 euros. Depuis le début de l'année, elle a rebondi de 21,3 %.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.