TENNIS. Justine Henin contre Serena Williams, un air de revanche

L'affiche a l'air de ravir tout le monde. Et pour cause : la finale opposant samedi matin Serena Williams à Justine Henin mettra aux prises l'actuelle numéro un mondiale contre celle qui a terminé à trois reprises la saison à cette place honorifique. Et aussi bizarre que cela puisse paraître, en treize participations, les deux femmes ne s'étaient jusqu'alors jamais retrouvées en finale d'un tournoi du Grand Chelem. « C'est particulier. Nous avons déjà eu de grosses batailles par le passé, toujours en quarts ou demi-finale d'un Grand Chelem, mais pas en finale », se souvient d'ailleurs Henin qui se place volontiers dans la peau de l'outsider. Comme au bon vieux tempsDe retour après s'être imposé un arrêt de près de deux ans, elle prouve également que cette « pause » n'a rien changé au paysage du tennis féminin actuel. Ce sont bien la Belge et la cadette des soeurs Williams qui dominent le tennis actuel. Comme au bon vieux temps. Depuis son retour, Henin compile ainsi dix succès pour une défaite. Seulement battue en finale du tournoi de Brisbane, elle n'a rencontré aucun problème pour se remettre dans le bain. Ses adversaires sont d'ailleurs unanimes pour dire qu'elle est au moins aussi forte que par le passé. Quant à Williams, avec neuf victoires pour une défaite en finale du tournoi de Sydney, elle présente un aussi bon bilan que son adversaire du jour. L'affront de Miami « Le challenge est le plus beau. Je ne voulais pas jouer quelqu'un d'autre pour une première finale de Grand Chelem », avoue, radieuse, la Liégeoise de 27 ans, victorieuse ici en 2004. « Ça va être sympa. Avec Justine, on a disputé tellement de grands matchs », répond en écho l'Américaine de 29 ans. Mais ces « retrouvailles » entre deux joueuses qui ne s'apprécient pas plus que cela ne masquent pas l'enjeu de ce match. Justine Henin garde sans doute en mémoire le dernier affrontement entre les deux jeunes femmes. Quart de finaliste à Miami en 2008, elle s'inclinait 6-2, 6-0 dans une rencontre qui la précipitait vers la retraite. Les choses ont bien changé depuis cet affront. Sûre de sa forceLa Belge est revenue, sur les courts, apaisée, sûre de sa force. Si son entrée en matière s'est révélée poussive, depuis les quarts de finale et des succès contre Petrova (7-6, 7-5) et Zheng (6-1, 6-0), elle est constamment montée en puissance. De son côté, Williams a dû batailler 2 h 27 pour venir à bout d'Azarenka (4-6, 7-6, 6-2) en quart et 2 h 20 pour écarter Li en demi-finale (7-6, 7-6). Des efforts qui risquent de se payer cash au moment d'entrer sur le court pour la rencontre décisive. Car avec d'un côté une Williams victorieuse de onze Grands Chelems, dont quatre Open d'Australie (2003, 2005, 2007, 2009) et une Henin qui avoue avoir déjà réussi son tournoi, mais qui rêve d'imiter sa compatriote Kim Clijsters, vainqueur à l'US Open pour son tournoi de rentrée après une pause grossesse, l'affrontement s'annonce sans merci.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.