Les conservateurs britanniques à la recherche d'une image claire

 |   |  397  mots
Les conservateurs britanniques passent aux cadeaux. Après avoir promis depuis deux ans de faire de la réduction du déficit leur priorité, ils se sont engagés ce lundi à réduire les impôts... Ou, pour être plus exact, ils promettent d'annuler l'augmentation de 1 % de la contribution sur la sécurité sociale prévue en 2011 par le gouvernement travailliste. Parlant devant la photo d'un petit village champêtre, probablement censé représenté la Grande-Bretagne profonde, George Osborne, le chancelier « fantôme » des conservateurs, a contre-attaqué ce lundi après le budget présenté la semaine dernière par le gouvernement : « les travaillistes vont tuer la reprise économique avec cet impôt sur les emplois » [la contribution sociale est retenue sur les fiches de paie, Ndlr]. Il promet donc de ne pas augmenter la contribution sur la sécurité sociale pour sept Britanniques sur dix. Le coût de cette mesure -environ 6 milliards d'euros- doit être entièrement financé par des économies budgétaires passées dès cette année. En particulier, les dépenses pour de nouveaux programmes informatiques ministériels seront supprimées et des contrats renégociés.manque de clartéL'annonce semble aller en partie à l'encontre du message d'austérité que les conservateurs avançaient jusqu'à présent. « Il y a une certaine confusion dans le message, parce que l'austérité n'était pas très bien reçue par le grand public », estime Tim Bale, politologue à l'université du Sussex. George Osborne avait ce lundi soir la tâche difficile de convaincre de la clarté de son message lors du premier débat télévisé pré-électoral.Le problème d'image des conservateurs a été symbolisé par l'une de leur campagne publicitaire qui a été détournée. Le visage de David Cameron, son leader, y aurait été retouché (celui-ci dément) et l'affiche a été utilisée pour caricaturer les Tories, qui manqueraient de substance, selon ses opposants. Inquiets, d'autant que les sondages se resserrent, ceux-ci ont décidé de faire appel à un nouveau publicitaire. Sans écarter l'agence qui avait créé la campagne détournée, Euro-RSCG, David Cameron a fait venir à ses côtés M&C Saatchi, créée par Maurice Saatchi, célèbre pour avoir contribué à la victoire de Margaret Thatcher en 1979. Une sorte de retour aux valeurs sûres pour les conservateurs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :