Twitter fait appel à son fondateur pour grandir

 |   |  413  mots
Comment sortir du microcosme élitico-médiatique de l'Internet et attirer les masses ? Après l'arrivée début avril de Larry Page aux commandes de Google, c'est au tour de Twitter de s'adjoindre les services de son fondateur Jack Dorsey. Celui qui a inventé le concept de mini-messages de 140 signes à envoyer à une communauté de contacts prend un poste au titre tout sauf neutre. Directeur exécutif, le jeune homme âgé de 34 ans devient aussi chargé de produits. Il sera sous l'autorité de son actuel PDG, Dick Costolo. Jack Dorsey, qui a depuis lancé une autre start-up, Square, avait occupé la fonction de PDG, jusqu'à 2008. Sa nouvelle mission : faire changer Twitter d'échelle et le transformer en activité lucrative. De Barack Obama à Sébastien Chabal, en passant par Eva Longoria (l'ex-femme de Tony Parker), tout ce que la scène médiatique compte comme personnalités a son compte Twitter. Problème : le site de mini-messages a du mal à convaincre le grand public. Twitter revendique 200 millions de comptes enregistrés. Créé deux ans plus tôt, Facebook comptait 151 millions d'utilisateurs aux États-Unis en février (+ 35 % sur un an), contre 23 millions pour Twitter (+ 16 %), selon eMarketer. Le taux de pénétration de Facebook devrait atteindre 42 % cette année, contre 38 % en 2010. Comparativement, Twitter devrait toucher 8,7 % de la population américaine. Tweets « sponsorisés »En réalité, une minorité d'utilisateurs alimente le site de mini-messages. Selon une étude réalisée par Yahoo et Cornell University ce mois-ci, la moitié des « tweets » est écrite par 20.000 membres du réseau. « La plate-forme est dominée par une poignée d'utilisateurs. La question est : comment inciter plus d'internautes à créer du contenu ? S'il y avait 100 millions d'utilisateurs aux États-Unis, Twitter serait incontournable au niveau des marques », indique à Bloomberg, Arnie Gullov-Singh, patron de la start-up spécialisée dans les réseaux sociaux Ad.ly. Twitter, dont une nouvelle version est arrivée en septembre dernier, a lancé aux États-Unis un service de publicité en avril 2010. Les marques peuvent acheter des Tweets « sponsorisés » (« Promoted Tweets »). L'offre n'a pas été déclinée ailleurs, notamment pas en France, où Twitter n'a pas de bureau. Selon eMarketer, le chiffre d'affaires publicitaire devrait tripler cette année à 150 millions de dollars, un niveau encore loin de celui de Facebook, qui a encaissé 1,87 milliard de dollars l'an passé. En décembre, lors d'une nouvelle levée de fonds de 200 millions de dollars, le site était valorisé 3,7 milliards de dollars, contre 1 milliard en 2009. Sandrine C

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :