Réconciliation entre Paris et Pékin

 |   |  265  mots
La visite de Nicolas Sarkozy en Chine avait pour but de formaliser officiellement la réconciliation des deux partenaires, mises à mal par la réception du dalaï-lama et le passage chahuté de la flamme olympique à Paris. Aussi, le président français a-t-il opté pour une méthode diplomatique plus réservée qu'auparavant. L'histoire montre en effet qu'une confrontation directe avec la Chine sur des dossiers sensibles n'a jamais porté ses fruits, bien au contraire. La réévaluation du yuan par exemple n'a pas été abordée officiellement entre les deux présidents, encore moins la question tibétaine. Côté français, on avait vu les tensions que cela engendrait avec une certaine agressivité américaine, sans résultat notable. En revanche, Nicolas Sarkozy a choisi d'aborder d'autres dossiers, notamment ceux du nucléaire iranien et de la réforme monétaire internationale. Il a donc insisté sur la présidence française du G20 de l'an prochain et sur la création d'un nouvel ordre mondial financier multipolaire dans lequel la Chine et sa monnaie joueraient un rôle essentiel. C'est par ce biais qu'il compte amener la Chine à repenser sa politique monétaire. Il souhaite aussi intégrer la République populaire dans les discussions sur les préparatifs du G20. Nicolas Sarkozy prend donc son temps en Chine. Son séjour s'étale sur trois jours, un temps relativement long pour une visite présidentielle. Il s'achèvera par un dîner officiel avec les autres chefs d'État présents pour l'inauguration de l'Exposition universelle.Virginie Mangin, à Shangh

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :