Les quatre vies du professeur Jacques Lewiner

 |   |  524  mots
Enfant, j'étais curieux. Pourquoi le ciel est bleu ? Pourquoi les étoiles ? Nous habitions une petite maison à Boulogne. Je faisais des expériences dans le jardin. J'avais installé un système qui m'avertissait de l'arrivée de ma mère et je remballais vite mon matériel. À 16 ans, j'ai construit une fusée. J'ai fait des tentatives de mise à feu dans le jardin. Les voisins ont dû avoir des peurs terribles. J'achetais du sodium en flacon et le jetais dans la Seine. Le truc sautait en l'air dans l'eau. À l'école, je faisais le pitre, j'étais collé. » Le professeur Jacques Lewiner, physicien, aujourd'hui président du conseil de surveillance de Finsécur, spécialiste des systèmes de détection d'incendie, a été directeur scientifique de l'École supérieure de physique et chimie industrielle (ESPCI) de Paris de 1987 à 2001, nommé par le directeur de l'école, Pierre-Gilles de Gennes. « quatorze ans de bonheur. Nous nous comprenions au quart de tour », confie t-il.A 67 ans, il revendique quatre vies : chercheur, inventeur, professeur-directeur scientifique et créateur d'entreprise. Il a choisi l'université car il a « eu peur de ne pas s'amuser en prépa ». Il a préparé son doctorat en France et aux États-Unis. « Là, j'ai vraiment commencé à travailler », s'amuse t-il. Sa thèse de doctorat de troisième cycle porte sur les propriétés électroniques des métaux et sa thèse d'Etat sur les propriétés paramétriques des solides. En 1973, il est nommé professeur à la chaire d'électricité générale de l'ESPCI de Paris, qu'il codirigera plus tard avec Georges Charpak. Plus de mille brevets« J'ai compris qu'il fallait de l'argent pour la recherche », souligne t-il. L'Anvar paie ses trois premiers brevets. « C'est l'Anvar qui m'a appris le système des brevets. J'ai mis le pied dans le système », poursuit-il. A partir de 1974, il déposera ses brevets à son nom, le premier sur les systèmes de commutation pour les centraux téléphoniques avec deux autres chercheurs. Aujourd'hui, il en a déposé plus de 1.000, dans 160 familles de produits, de par le monde. Il a créé une dizaine de sociétés, avec des associés aussi visionnaires que lui. Des réussites et quelques échecs comme Cybook en 2000, dans l'e-book. « Nous sommes arrivés trop tôt », regrette t-il. Il y a eu Roowin (chimie fine), Cynove (électronique embarquée), Cytoo (systèmes d'analyse cellulaire). En 1996, ce sera Inventel, leader en passerelles résidentielles, avec son complice Éric Carreel. Inventel fabrique la Livebox pour France Télécome;lécom qui l'oblige à s'adosser à Thomson. En 2005, la société sera vendue. Il y aura les créations de Sculpteo, (impression 3D), de Cy-play, plate-forme innovante de communications mobiles et enfin de Finsécur en 2001. Jacques Lewiner attend beaucoup de la loi de mars 2010 qui rend obligatoire d'ici à cinq ans, dans tous les foyers français, l'installation de détecteurs de fumée. La société fabrique ses détecteurs en France, homologués NF, et qui coûtent moins cher que les détecteurs fabriqués en Chine car ils sont constitués de composants intelligents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :