Les « décrocheurs » en ligne de mire

 |   |  259  mots
Haro sur l'orientation. La déficience du système actuel, soulignée par maints rapports (COE, Saint-Gions?), n'est que trop connue. Pour « mener une guerre sans merci au décrochage scolaire » sera donc mis en place un service public de l'orientation. Dès 2010, un portail Internet et une plate-forme téléphonique « rapprocheront les opérateurs » de l'orientation. Mais l'idée du gouvernement est d'aller plus loin. Placée « au c?ur de l'Éducation nationale », notamment avec la réforme du lycée à venir, l'orientation doit aussi se prolonger au-delà. D'où l'élargissement du livret de compétences (déjà généralisé au collège cette année) « tout au long des cursus » pour « valoriser toutes les potentialités » des jeunes et pas seulement les seuls résultats scolaires. Un outil censé aider ces fameux 120.000 « décrocheurs » qui quittent chaque année l'école sans qualification à la fin de la scolarité obligatoire (16 ans). Pour ceux-là sera d'ailleurs instaurée une sorte d'obligation de formation jusqu'à 18 ans (sauf en cas d'emploi). Pour qu'« aucun ne passe à travers les mailles du filet », ils seront suivis « systématiquement » et accompagnés par des plates-formes régionales d'orientation reposant notamment sur les missions locales (70 millions d'euros seront dégagés à ces fins). Et selon le principe des « droits et devoirs » cher à Nicolas Sarkozy, 6.000 jeunes des plus « assidus » pourront bénéficier, via un fonds d'aide aux décrocheurs, et de façon expérimentale à partir de 2010, d'aides personnalisées (permis de conduire, logement?) pouvant aller jusqu'à 2.500 euros par personne. C. J.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :