Les prix des soins dentaires et des lunettes baisseront-t-ils ?

 |   |  643  mots
Il n\'y a pas que les médecins qui sont dans le collimateur du gouvernement et de l\'assurance-maladie. Dans le Journal du dimanche, Marisol Touraine, la ministre de la Santé a indiqué qu\'elle allait s\'attaquer à l\'optique et aux soins dentaires, où les renoncements aux soins pour raison financière sont les plus courants.Selon un rapport de la Cour des comptes publié en septembre 2010, la sécurité sociale ne prend plus à sa charge que le tiers (34%) des dépenses en soins dentaires, contre plus de la moitié en 1980, et seulement 18% des soins prothétiques qui sont les plus coûteux. «Les soins dentaires et optiques sont l\'un des prochains chantiers du gouvernement», a déclaré la ministre. Sans donner de calendrier précis, elle a déjà établi un plan de charge qui débuterait par par une régulation des prix des lunettes et des prothèses dentaires. «La tarification de ces produits doit être mieux encadrée», souhaite Marisol Touraine.Des différences de prix marquantes entre la France et ses voisinsSelon la Cour des comptes, une couronne en céramique coûte en moyenne deux fois plus cher qu\'en Allemagne. Le prix d\'un bridge en métal ou en résine, est presque trois fois plus cher en France qu\'en Allemagne. Les Sages de la rue Cambon estimait que ce secteur souffre «de déficit de réflexion et de pilotage», le désengagement progressif de l\'assurance maladie obligatoire se faisant sans re-définition des tâches entre celle-ci et les organismes complémentaires». «Si l\'on juge qu\'une plus grande transparence ne suffirait pas à remédier à la situation actuelle, l\'autre voie à explorer serait celle de la fixation de plafonds, voire de tarifs opposables», expliquait la Cour en proposant la piste d\'un encadrement tarifaire en matière de prothèse en contrepartie de la revalorisation de certains soins conservateurs dans le cadre de discussions conventionnelles.Les médicaments ne sont pas épargnésCe n\'est pas la première fois que des experts constatent d\'importantes différences de prix dans le domaine de la santé entre la France et ses voisins. Récemment, lors d\'une conférence de presse, Michèle Rivasi, la députée Europe Ecologie Les Verts (EELV) rappelait que le Plavix, un antiagrégant plaquettaire était actuellement commercialisé au tarif de 37,11 euros, contre 18,35 euros en Italie et 16 euros au Royaume-Uni.Marisol Touraine souhaite aussi encadrer les tarifs des soins d\'ophtalmologie, en permettant aux orthoptistes ou aux opticiens de faire certains tests. Cette mesure permettrait également de réduire les délais d\'attente selon elle. Les ophtalmologues devraient apprécier. Pour faire baisser le prix des lunettes, la ministre évoque le «développement des réseaux de soins et de magasins agréés par les mutuelles». dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2013, les députés socialistes ont déposé une proposition de loi (PPL) pour autoriser les mutuelles à élaborer des réseaux de ce type, ce qui leur est actuellement interdit par la jurisprudence.\"Les opticiens ne sont pas des pigeons\"Sans surprise, les fabricants de verres et les opticiens s\'y opposent. \"Le marché régule déjà les prix. La plupart des magasins d\'optique proposent des équipements complets à moins de 30 euros. Certes, comme dans toutes les professions, il y a des brebis galeuses qui abusent du système mais il ne faut pas qu\'il y ait d\'amalgame avec les professionnels sérieux\", proteste Nicolas Daurios, opticien à Biarritz, co-fondateur de la page Facebook  \"Les opticiens ne sont pas des pigeons !\" qui se tient à la disposition de la ministre pour faire avancer ce dossier . Créée il y a une semaine, celle-ci compte plus de 5.000 abonnés. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :