Les aides publiques du Ciri explosent

 |   |  307  mots
estructurationsLe Comité interministériel de restructuration industrielle (Ciri), créé il y a vingt-cinq ans pour aider le sauvetage des entreprises en difficulté, reprend activement du service. Après deux années 2006 et 2007 calmes, 2008 a été marquée par la crise. Le Ciri a traité 68 dossiers de restructuration d'entreprises, essentiellement dans l'industrie et surtout dans le secteur automobile. Depuis septembre 2008, 31 ont conduit à un succès et ont permis de sauvegarder 47.500 emplois. L'autre moitié est en cours de négociation et seulement 5 entreprises ont déposé le bilan, représentant 5.000 salariés. « Nous avons plus de dossiers que l'an passé même si les entrées de nouveaux cas ralentissent un peu depuis l'été dernier », explique Jacques Le Pape, directeur adjoint du cabinet de la ministre de l'Économie, Christine Lagarde. Le Ciri intervient au stade critique où les entreprises sont au bord de la cessation de paiements. Les dossiers sont en général déjà passés devant la médiation du crédit pour des problèmes de financement. 115 millions de budgetLe Ciri profite de son statut public pour inciter les dirigeants, actionnaires, créanciers et investisseurs à négocier pour trouver une solution. La majorité des cas trouve un accord entre les différentes parties. Environ 10 %-15 % débouchent sur une reprise de la société et environ 10 % sont directement aidés par l'État. Car le Ciri dispose d'une enveloppe budgétaire pour prêter de l'argent public aux entreprises en difficulté. Dotée de 20 millions d'euros en 2008, elle s'est envolée pour passer à 115 millions d'euros en 2009 dont les deux tiers ont déjà été prêtés. « Ce système permet dans les dossiers très difficiles de remporter l'adhésion de chaque partie », ajoute Jacques Le Pape, soulignant que, dans tous les cas, les banques participent au tour de table. M. Pe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :