Florence au son du Stradivarius

 |   |  263  mots
concert Certains tour-opérateurs multiplient les voyages culturels. La thématique musicale n'est pas en reste. Les passionnés d'opéra peuvent, par exemple, faire le tour du monde, à la découverte des plus belles salles historiques. La Fugue, pour sa part, a eu l'idée d'organiser un concert exceptionnel en un lieu non moins prestigieux : Florence.Le concert en question frise l'exploit puisque l'orchestre réunira, à cette occasion, douze Stradivarius. Du jamais-vu. Et ce, grâce à l'apport d'une fondation japonaise qui a accepté de prêter ces petites merveilles à de jeunes artistes parmi les plus prometteurs de leur génération. Les heureux élus ont tous été sélectionnés par un collège présidé par Lorin Maazel et composé d'illustres musiciens. Avant de se voir confier ces merveilleux instruments.Le plus ancien date de? 1696, le plus récent de 1736. On n'ose imaginer le prix cumulé de tous ces trésors de l'histoire, ni les trésors d'invention des assureurs pour prendre soin de ces pièces uniques.mélange de genresAu menu des réjouissances, un mélange de compositeurs baroques et romantiques avec notamment la « Passacaille » de Haendel, le « Trio en do majeur » de Dvorak, l'« Adagio pour cordes » de Barber ou l'« Octet en mi bémol majeur » de Mendelssohn. Concert joué devant le célèbre « David » de Michel-Ange de l'Académie des beaux-arts. Un événement qui ne devrait pas manquer d'émotion ni de brio, à la condition, bien sûr, que les jeunes musiciens ne se laissent pas intimider par leur instrument. P. B.-B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :