Les investisseurs privés C'est l'un des points forts de l'ac...

 |   |  196  mots
STRONG>Les investisseurs privés C'est l'un des points forts de l'accord trouvé à Bruxelles dimanche : les créanciers privés seront mis à contribution si un pays fait défaut. Mais qui sont ces détenteurs de la dette des États ? Y figurent les banques, bien sûr, mais aussi les fonds de pension, les compagnies d'assurances ou encore les banques centrales. Pour ces acteurs, le principe est simple : en cas d'insolvabilité de leur débiteur, ils devront s'asseoir autour de la table avec lui pour restructurer sa dette. Ces négociations peuvent alors se traduire par un rééchelonnement de la créance, d'une baisse du taux appliqué ou, simplement, d'une décote. Dans ces deux dernières hypothèses, les investisseurs privés devront assumer un manque à gagner.Pour permettre la mise en place d'un tel mécanisme, une clause d'action collective (CAC) sera introduite lors des futures émissions obligataires souveraines. « À partir du 1er juillet 2013, toutes les nouvelles obligations comporteront de telles clauses. Mais toutes celles en circulation n'en auront évidemment pas du jour au lendemain. (...) Il faudra environ cinq ans », a déclaré lundi le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.A. M.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :