La cristallerie Lalique vise l'équilibre en 2010

 |   |  312  mots
Le groupe suisse Art & Fragrance, propriétaire de la cristallerie Lalique depuis février 2008, vient d'inaugurer un nouveau four à bassin sur son site industriel historique à Wingen-sur-Moder (Bas-Rhin). L'investissement (7 millions d'euros) permettra de doubler la capacité de production et de réduire les rebuts, qui s'établissaient jusqu'à présent à 40 %. Le président d'Art & Fragrance, Silvio Denz, veut orienter la production de la cristallerie Lalique vers de plus petites séries. Le nouvel équipement, qui remplace des outillages implantés en 1921 par le fondateur et bijoutier Art nouveau René Lalique, facilitera cette stratégie.effectif : de 620 à 390 salariésAprès dix exercices déficitaires successifs, l'entreprise pourrait retrouver l'équilibre financier dès cette année, « en fonction des ventes réalisées à Noël ». Cette volonté de redressement s'est traduite par la fermeture, en 2009, du site logistique de Combs-la-Ville (Seine-et-Marne) et par une importante réorganisation commerciale. « Nous avons fermé huit magasins déficitaires exploités en direct, principalement en Europe et aux États-Unis, pour nous redéployer en franchise sur des marchés plus porteurs comme le Moyen-Orient et l'Asie », explique Silvio Denz. Les effectifs de Lalique ont fondu de 620 salariés, lors du rachat au groupe Pochet, à 390 salariés fin 2010. Le chiffre d'affaires doit s'établir cette année autour de 40 millions d'euros. Pour Art & Fragrance, les frais de restructuration et les déficits cumulés depuis 2008 s'élèvent à 25 millions d'euros.Associé pendant deux ans et demi à la financière Saint Germain, holding de la famille Amouyal, Silvio Denz vient de reprendre le contrôle total des opérations à Wingen-sur-Moder, en rachetant les 49,2 % du capital (22 millions d'euros) qu'il lui avait cédés en septembre 2008. Le rapprochement aurait dû se traduire par des synergies commerciales dans les arts de la table, spécialité de la famille Amouyal. « Nous nous séparons à l'amiable », déclare-t-il.Olivier Mirguet, à Wingen-sur-Moder

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :