Cegedim poursuit ses emplettes et élargit son périmètre

 |   |  558  mots
Et de six ! Voici quelques semaines, un communiqué annonce le rachat par Cegedim de la société Deskom, spécialiste de la dématérialisation de factures, alias la facturation électronique. C'est la sixième acquisition réalisée par Cegedim cette année. Deskom, créée en 2004, s'est rapidement fait un nom dans les services en ligne de numérisation, d'édition des factures et d'archivage légal. Elle compte plus de 2.000 clients dans des secteurs très variés. « C'est une petite acquisition », minimise Jean-Claude Labrune, PDG et fondateur de Cegedim. En effet, cette « petite » acquisition n'apportera que 4 millions d'euros au chiffre d'affaires du second semestre 2010 de Cegedim. Elle vient aussi renforcer sa division e-business, dédiée aux échanges électroniques professionnels.Le titre à la peineCegedim est né en 1969. Son premier métier consistait à fournir de l'information issue de bases de données aux laboratoires pharmaceutiques. La société s'est progressivement internationalisée en même temps qu'elle a enrichi son portefeuille de solutions et élargi ses domaines de compétences. Aujourd'hui, Cegedim emploie 8.600 personnes dans 80 pays. Elle a réalisé un chiffre d'affaires 2009 de 874 millions d'euros.La société est organisée autour de trois grands métiers. Le CRM (Customer Relationship Management), qui représente plus de la moitié de son activité (56 %), fournit des outils de gestion aux visiteurs médicaux de l'industrie pharmaceutique. La branche professionnels de santé fournit également des logiciels et des bases de données aux médecins et aux pharmaciens (31 % de l'activité). Cette activité pourrait profiter du savoir-faire de Deskom en dématérialisation de factures. Enfin, Cegedim équipe les assurances santé et les mutuelles de logiciels pour la gestion des régimes obligatoires, du tiers-payant, des flux de remboursement, etc. (13 %).Après avoir annoncé ses résultats semestriels et qu'il n'améliorerait pas sa marge opérationnelle, Cegedim a vu son cours de Bourse baisser de 16 % en une journée, cours qui peine à se redresser depuis fin septembre. « L'industrie pharmaceutique est en pleine mutation, explique Jean-Claude Labrune. Le médicament bénéficie d'une plus large place à l'hôpital, le nombre de visiteurs médicaux diminue, beaucoup de médicaments deviennent génériques, etc. Nous devons nous adapter et proposer des produits qui répondent aux nouveaux besoins des laboratoires. Ce changement de modèle est long ! ».Pour mener cette mutation, Cegedim a procédé à une augmentation de capital de 180,5 millions d'euros en décembre 2009 et renégocié sa dette en juillet 2010. « Les fonds levés étaient destinés à des acquisitions, ce que nous avons fait ! » constate Jean-Claude Labrune. Des six acquisitions réalisées cette année, il se félicite surtout de celles de SK&A, l'un des premiers fournisseurs de données de santé aux États-Unis, et de Pulse Systems, éditeur américain de logiciels médicaux. La première, réalisée en janvier 2010, « a demandé quatre années de négociations », précise Jean-Claude Labrune. SK&A dispose d'une base d'informations sur plus de deux millions de professionnels de santé. Elle apporte un chiffre d'affaires de 15 millions de dollars. La seconde, « la plus spectaculaire », se félicite Jean-Claude Labrune, ouvre à Cegedim les portes du marché américain de l'informatisation des professions de santé. Elle a réalisé un chiffre d'affaires de 16 millions de dollars, chiffre qu'elle entend multiplier par 4 d'ici à 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :