Probono nourrit de fortes ambitions

 |   |  519  mots
Avec plus de 1,2 million de personnes âgées dépendantes en 2040, selon les projections de l'Insee, et une offre actuelle d'environ 530.000 lits, le secteur des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sera sans doute l'un des plus porteurs de la décennie à venir. Plus de 100.000 lits devront être créés d'ici à 2020 pour répondre à la demande. Fort d'une expérience de près de quinze ans dans la profession, Jean-Robert Levy, président fondateur de Probono, a bien l'intention d'en tirer profit. De 1996 à 2001, cet entrepreneur a dirigé la société Qualisanté qui, avec près de 3.000 lits, se classait au cinquième rang du segment du traitement de la dépendance lors de sa vente à Médicate;dica en 2001. « Le but de l'introduction de Probono est double, confie-t-il. Accroître notre notoriété et lever des fonds pour accompagner notre croissance ».Un acteur de référenceAprès être passée de 200 chambres et 2 établissements, lors de sa création en 2003, à 520 lits et 5 établissements début 2010, la société veut accélérer significativement sa croissance et devenir un acteur de référence aux côtés de Médicate;dica, Korian, Orpéaacute;a ou encore Bastide le Confort Médicate;dical. Espérant lever 10 millions d'euros lors de l'introduction en Bourse courant décembre, Jean-Robert Levy affectera 40 % de la somme au développement des EHPAD. Avec l'aide de partenaires financiers, telles que les banques mutualistes, il prévoit d'acquérir en cinq ans 10 maisons indépendantes et de réaliser 28 projets de partenariats public-privé, dont trois sont déjà dans les cartons. L'offre serait ainsi portée à 4.000 lits pour un chiffre d'affaires total, pour l'activité d'exploitation d'EHPAD, d'environ 100 millions d'euros, en 2015, contre 13,9 millions en 2009.Second pôle d'activité et futur moteur de croissance, l'hôtellerie d'hébergement social. Il s?agit d'établissements destinés à répondre aux problématiques de logement rencontrées par des individus en proie à une grande précarité sociale. Et cela en relation avec les associations spécialisées telles que le Samu social, la Croix-Rouge et autres. « Nous passons des accords avec les associations du milieu social. Elles déterminent les bénéficiaires de l'hébergement et nous payent. » précise Jean-Robert Levy. Considérée comme peu risquée financièrement, puisque prise en charge par l'État via les associations, cette activité génère un résultat d'environ 30 % du chiffre d'affaires. Face à une demande croissante (en 2008, selon une étude de la Fondation Abbé Pierre 100.000 personnes étaient sans domicile fixe), Jean-Robert Levy va y affecter 60 % des sommes levées en Bourse. En effet, fort d'une première expérience positive de plus de 450 places et deux hôtels, le groupe vise 40 établissements et 2.000 chambres à l'horizon 2015. Le chiffre d'affaires devrait passer de 1 million en 2010 à 35 millions en 2015.Au vu du succès de l'introduction de Médicate;dica en février dernier, l'offre avait été souscrite trois fois dans contexte boursier difficile... Compte tenu du potentiel de croissance du secteur, l'entrée de Probono en Bourse s'annonce donc sous de bons auspices.Jacques Nédellec

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :