La défiance envers l'euro s'intensifie

 |   |  371  mots
C'est à n'y rien comprendre : alors que la défiance des marchés est à son comble, en dépit du plan de sauvetage de l'Irlande annoncé pendant le week-end et du nouveau mécanisme européen de stabilité mis en place à Bruxelles, la confiance des chefs d'entreprise et des consommateurs de la zone euro a continué à progresser en novembre, dépassant une nouvelle fois sa moyenne de long terme. L'indice de confiance économique de la Commission européenne a augmenté de 1,5 point comparé au mois précédent, à 105,3. Parmi les principales économies européennes, c'est l'Allemagne qui enregistre la plus forte progression (+ 2,8 points), suivie par l'Italie (+ 1,4). Optimisme béat ? Pour l'Italie sans aucun doute, puisqu'elle a dû payer 50 points de base de plus pour placer ses 5,5 milliards d'euros de BTP à trois et dix ans auprès des investisseurs, lors de son adjudication de lundi par rapport à la dernière opération fin octobre, à des taux de respectivement 2,936 % et 4,486 %. La défiance des marchés s'est traduite par une nouvelle flambée généralisée des rendements à long terme (voir page 2) et par un affaiblissement supplémentaire de l'euro. La monnaie unique a d'abord enfoncé le seuil de 1,32 dollar puis celui de 1,31, pour reculer lundi jusqu'à 1,3065, son plus faible cours depuis deux mois. Statistiques américainesDepuis les derniers rebondissements de la crise souveraine de la zone euro début novembre, l'euro affiche ainsi une décote de 8 %. Il est désormais à portée du seuil de 1,30 que les prévisionnistes pointaient pour la fin de l'année et le franchissement hier lundi de sa moyenne mobile à 200 jours risque d'accélérer singulièrement le mouvement. D'autant que le vent a tourné en faveur du dollar et que la semaine qui s'est ouverte sera très riche en statistiques américaines, culminant vendredi par le rapport sur l'emploi de novembre. Le marché attend 145.000 créations d'emplois non agricoles et un recul du taux de chômage. Si l'hypothèse se confirme, après les 151.000 nouveaux postes de travail créés en octobre, qui avaient servi de détonateur au rebond du billet vert, on pourrait retrouver l'euro encore plus près de son point bas de l'année (1,1875 dollar) en fin de semaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :