Le marché transporté par Dentressangle

 |   |  315  mots
+ 4,50 %Une fois encore le marché montre qu'il aime les belles histoires. Surtout celles de croissance externe. Comme il a pu le faire à plusieurs reprises ces derniers temps, il salue très largement l'annonce ce jour, par Norbert Dentressangle, d'une acquisition en Grande-Bretagne. Pourtant, dans un marché particulièrement chahuté et en proie au doute concernant la situation de la zone euro, les hausses ont été rares. Mais le groupe de transport s'est particulièrement distingué avec un gain de 4,5 %, à 59,04 euros, soit la plus forte hausse du SRD.Un plébiscite des investisseurs qui tient donc à l'annonce du rachat du britannique TDG. Le français a indiqué avoir signé avec le fonds DouglasBay Capital un protocole d'acquisition de 100 % des actions de la société Laxey, holding de contrôle de TDG. L'opération est loin d'être anodine pour le groupe. En mettant la main sur son homologue britannique, Norbert Dentressangle change d'envergure. Son chiffre d'affaires annuel devrait effectivement passer de 2,7 milliards (en 2009) à 3,6 milliards d'euros. Surtout, ce rachat, d'un montant de 235 millions d'euros va lui donner la taille critique pour emporter des contrats plus importants. Le transporteur français va s'ouvrir également d'autres horizons. Outre, la Grande-Bretagne où TDG réalise 74 % de son chiffre d'affaires, le groupe est aussi présent en Espagne et aux Pays-Bas.RenforcementOutre le fait d'accéder à certains contrats significatifs, l'opération va permettre au groupe de se renforcer « dans chacun de ses trois métiers grâce à la forte complémentarité avec TDG, et notamment dans le secteur de la commission de transport international », souligne l'analyste de chez Gilbert Dupont. « Au vu du succès de l'intégration de Christian Salvesen (en 2007) alors même que l'économie mondiale entrait en récession, nous sommes confiants dans la réussite de cette opération de taille plus modeste mais également porteuse de développement », souligne également le spécialiste. G. V.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :