Sodexo aux petits soins pour les expatriés

 |   |  340  mots
estaurationL'accueil des équipes travaillant sur des exploitations pétrolières, des plates-formes en pleine mer ou sur l'exploitation de mine en Alaska dans des bases-vie, dotées de tous le confort malgré l'éloignement et parfois les conditions climatiques extrêmes, est l'un des métiers de Sodexo. Le groupe de restauration, qui gère plus de 1.600 de ces bases-vie dans le monde, est le deuxième opérateur mondial sur cette activité, derrière Compass et devant le français Catering International et Services (CIS). Malgré les difficultés de gestion de tels sites, la rentabilité est faible (non communiquée par Sodexo).« marges étroites »« Cette activité d'hébergement des équipes d'expatriés est considérée à tort comme étant peu technique et les opérateurs, principalement des compagnies pétrolières ou minières, se soucient de ces prestations à la dernière minute. Les marges de négociations financières sont donc étroites », constate Nicolas Japy, le responsable de l'activité bases-vie de Sodexo.Cette spirale négative peut être enrayée. « Si nous ne réinventons pas notre métier, nos marges seront laminées. Nous devons montrer au donneur d'ordres que nous pouvons avoir un impact favorable sur ses coûts, s'il accepte de dépenser un peu plus. » Pas facile. Pourtant, Nicolas Japy demeure confiant. « Au sortir de cette crise, il y aura un véritable enjeu lié aux ressources humaines. La concurrence entre les employeurs sera vive et trouver des experts acceptant de travailler loin de tout durant des mois d'affilée deviendra compliqu頻, prédit l'expert. Les candidats seront plus regardants sur leur confort et leur bien-être, estime le professionnel.Sodexo prévoit donc de leur offrir les services améliorant leur quotidien. Nicolas Japy souligne ainsi que le personnel des plates-formes pétrolières a besoin d'un suivi pour manger sainement, y compris durant les semaines de retour à terre. D'autres demandent que les problèmes quotidiens de leurs familles, qu'ils laissent derrière eux, soient gérés.Héléna Dupuy

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :