L'Amérique est toute puissante, la Chine éclipséeEn janvier ...

 |   |  192  mots
En janvier 2001, le World Economic Forum de Davos existe bien sûr. La puissance américaine y est à son zénith. Le petit monde du business n'a qu'un mot à la bouche : Internet. Time-Warner, un géant des médias, vient d'accepter de se laisser manger par une start-up, AOL, fondée par Steve Case. Le jeune gourou distribue ses oracles à la tribune. La plupart des sessions de travail sont consacrées à cette révolution technologique qui bouscule tout et aux vertus des stock-options qui permettent d'« aligner » les intérêts des managers et ceux des actionnaires. L'Europe est éclipsée par le succès de l'Amérique. Quant aux pays émergents, ils sont bien là, mais la tête basse. Ils cherchent à convaincre l'Occident qu'ils effectuent les réformes libérales préconisées par le Fonds monétaire international, et qu'ils méritent les investissements privés dont ils ont besoin pour leur croissance. La Chine est discrète et peu représentée. Quelques mois plus tard, les États-Unis sont touchés en plein coeur, avec les attentats du 11 septembre, qui déclenchent une sérieuse récession. Janvier 2001

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :