La Françafrique n'est pas morte

 |   |  365  mots
Trois ans après sa mort annoncée, le cadavre de la Françafrique bouge encore. L'Elysée s'en défend. Le dîner donné ce lundi par Nicolas Sarkozy à Nice en l'honneur des chefs d'Etat et de gouvernement africains participant au sommet ne sera cette fois pas réservé aux seuls pays francophones. Preuve, selon l'Elysée, que « la France a rompu avec les vieilles habitudes et entretient désormais des liens avec tout le monde ». Il y a trois mois, le président français proclamait au Gabon sa volonté de normaliser les relations franco-africaines et d'en finir une fois pour toutes avec « les clichés, les fantasmes et les procès d'intention ». Il rappelle qu'il a engagé la révision des accords de défense liant Paris et les régimes « amis », base juridique de son rôle de « gendarme de l'Afrique ».Mais la « rupture » promise peine à convaincre. En 2007, la première visite du président sur le continent africain fut pour le Gabon, corne d'abondance de la Fançafrique depuis quatre décennies. En 2008, ce fut le soutien officiellement « logistique » au régime tchadien menacé par les rebelles. Puis le limogeage du secrétaire d'Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel, qui s'était engagé à « signer l'acte de décès de la Françafrique ». L'avocat Robert Bourgi, conseiller de l'ombre de l'Elysée pour ces questions, a reconnu peu après que c'étaient Omar Bongo, Denis Sassou Nguesso et Paul Biya, tous présents à Nice, qui avaient demandé la tête de l'imprudent secrétaire d'Etat. Lequel a depuis été remplacé par Alain Joyandet, qui se présente comme un « ultrasarkozyste » et n'a rien à trouvé à redire à l'élection troublée d'Ali Bongo.ContinuitéNicolas Sarkozy est venu trois fois au Gabon (1 million d'habitants) depuis qu'il est à l'Elysée, mais pas une seule au Nigéria (140 millions d'habitants), premier partenaire commercial de la France en Afrique subsaharienne. « L'affaire des biens mal acquis » sur le patrimoine immobilier de plusieurs chefs d'Etat africains, aujourd'hui devant la Cour de cassation après avoir été classée par le parquet, a aussi souligné que Paris n'entendait pas lâcher ses protégés. X. H.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :