Airbus plus chinois que jamais

 |   |  428  mots
Après Toulouse, Hambourg, Mobile aux Etats-Unis, l\'A320 Neo, la version remotorisée de l\'A320 prévue en 2015 sera également assemblé à Tianjin, en Chine, qui construit aujourd\'hui des A320 classiques. Selon nos informations, le président d\'Airbus Fabrice Brégier a signé ce jeudi avec les autorités chinoises un protocole d\'accord concernant l\'extension de l\'usine de Tianjin, au-delà de 2016, date à laquelle l\'accord de production actuel prend fin. Ce protocole doit être annoncé vendredi lors de la visite d\'Angela Merkel de l\'usine de Tianjin qui assemble en ce moment le centième A320 depuis sa mise en service en 2009. Il écarte ainsi tout risque de fermeture de l\'usine dans quatre ans.Commande de 50 A320, dont 20 NeoDe facto, des A320 Neo y seront assemblés. En juin Laurence Barron le président d\'Airbus en Chine était formel. Si la chaîne d\'assemblage continue au-delà de 2016, l\'A320 Neo sera \"forcément\" construit à Tianjin. Cet accord sur le prolongement de l\'usine de Tianjin explique l\'annonce ce jeudi d\'une commande de 50 appareils de la famille A320 par la société de leasing ICBC (d\'une valeur de 3,5 milliards de dollars), dont 30 A320 Neo. C\'est en effet la première fois depuis le lancement étincelant de cet appareil il y a 21 mois (il s\'agit du plus gros succès de l\'histoire de l\'aéronautique) qu\'une entreprise chinoise le commande. L\'absence jusqu\'ici de commandes chinoises était étroitement liée à l\'avancée des négociations sur Tianjin. Celles-ci étaient compliquées en raison des projets de Pékin de concurrencer Airbus et Boeing sur le segment des avions moyen-courriers. La Chine développe en effet aujourd\'hui le C919, prévu pour 2016. « Ce protocole d\'accord est un signe encourageant du fait que l\'on continuera à avoir une part de marché importante en Chine », confie t-on chez Airbus.Des commandes pour 45 long-courriers toujours geléesPour autant, tout n\'est pas encore rose pour l\'avionneur en Chine. La commande de ce jour est en deçà des attentes d\'Angela Merkel, qui espérait, secrètement que ICBC s\'engage sur 100 exemplaires. En outre, 45 Airbus long-courriers commandés par des compagnies chinoises n\'ont toujours pas l\'aval de Pékin. Dans son conflit avec l\'Union européenne sur l\'extension au transport aérien du système d\'échanges de permis d\'émission de C02, la Chine a gelé en représailles la commande de ces 45 appareils. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :