Retour en grâce des activités de marché

 |   |  208  mots
queBalayées par la crise en 2008, on croyait les banques d'investissement mortes. Elles sont revenues plus fortes que jamais en 2009. Avec la multiplication des émissions obligataires et des augmentations de capital, les marchés financiers ont été extrêmement actifs. Et les activités de marché en ont logiquement profité, surtout lors du premier semestre. Paradoxe de cette période de crise, les géants du secteur ont enregistré des résultats presque aussi bons qu'en 2007, lorsque les marchés étaient au plus haut. Goldman Sachs a gagné 4,3 milliards de dollars lors du premier semestre, JP Morgan 3 milliards de dollars dans sa banque d'investissement, soit dix fois plus que sur les six premiers mois de 2008. les gagnants de la criseMême constat de l'autre côté de l'Atlantique. BNP Paribas engrange 3 milliards d'euros en six mois grâce à ses activités de marché, soit autant que sur l'ensemble de 2008. Les banques ont aussi profité d'une politique monétaire très accommodante. Avec des taux d'emprunts à 1 %, elles ont largement reconstitué leurs marges. Les gagnants de la crise, Goldman Sachs, JP Morgan, Barclays, HSBC, BNP Paribas, profitent aussi de l'absence ou de la disparition de concurrents comme UBS, Bear Stearns, Lehman Brothers, Fortis ou Royal Bank of Scotland. M. Pe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :