« Le 19.45 » de M6 au banc d'essai

 |   |  495  mots
C'était l'événement de la rentrée télé. Le 7 septembre, M6 lançait son journal télévisé du soir, « Le 19.45 », qui dure en moyenne 17 minutes. Bilan des points positifs et négatifs, après visionnage d'une semaine de « 19.45 ». ?Une audience en progression : avec 2,5 millions de téléspectateurs en moyenne, « Le 19.45 » rassemble 300.000 spectateurs de plus que le « Six Minutes » qui était diffusé précédemment à la même heure. Bien sûr, il est moins suivi que les journaux de TF1 (7,3 millions de spectateurs), France 2 (4,8 millions) et France 3 (3,6 millions). Mais ceux-ci sont en recul, notamment en raison de la percée de la TNT. Pour Jérôme Bureau, directeur de l'information de M6, « le bilan est très positif, car nous avons réussi à conquérir de nouveaux spectateurs, tout en conservant ceux qui regardaient le ?Six Minutes? depuis vingt ans ». ?L'info pour les nuls : un des objectifs affichés du « 19.45 » est d'être pédagogique. Il utilise abondamment infographies et cartes, même pour localiser une ville comme Marseille. La rubrique « Expliquez-nous » rappelle les informations de base sur des sujets comme la hausse du prix des mutuelles, ou l'histoire des gardes suisses du Vatican. « Nous ciblons les moins de 50 ans, comme la chaîne elle-même », explique Jérôme Bureau. En audience, « Le 19.45 » est le second JT sur les moins de 50 ans. ?Des angles originaux?: par exemple, une fois les 3 spéléologues sauvés, « Le 19.45 » se demande qui paye l'addition des sauvetages en montagne.?Une présentation moins guindée?: le présentateur (Claire Barsacq en semaine, Nathalie Renoux le week-end, et actuellement le joker David Jacquot) est debout et se déplace dans le décor. Un des présentateurs météo, Alex Goude, se présente même décoiffé et en tee-shirt. ?Des trucages réussis?: le décor est en partie virtuel. Surtout, lorsque le présentateur se déplace, la caméra le suit, et les incrustations virtuelles suivent aussi le mouvement.? De nombreuses impasses?: lors de la dernière semaine, on recense un seul sujet politique, et peu sur l'international. Et l'économie est toujours abordée sous l'angle consumériste. Par exemple, les ventes record de billets de cinéma sont traitées par le biais d'un micro-trottoir à la sortie d'une salle. Une ligne assumée par Jérôme Bureau?: « Nous privilégions les sujets sur la vie quotidienne des Français?: consommation, santé, école, famille, travail? Et nous ne suivons pas la vie politique au quotidien. Nous avons d'ailleurs arrêté l'interview politique en plateau le samedi, car elle était trop courte pour apporter grand-chose. » ? Des sujets peu informatifs?: on a du mal à trouver le moindre intérêt à un reportage sur l'ouverture de la première patinoire de Marseille, ou encore l'ouverture des cadeaux de Noël dans une famille de 9 enfants. L'humour d'Alex Goude est aussi très laborieux?: « Verglas rime avec aglagla. » JAMAL HENNI

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :