Quelles seront les régions les plus dynamiques en 2013 ?

 |   |  767  mots
Il ne s’agit pas de verser dans l’euphorie. En effet, il faudrait beaucoup de commandes record comme celle conclue par les chantiers STX de Saint-Nazaire pour que l’industrie française se réveille. Toutefois, certaines régions s’en sortiront bien mieux que d’autres au début de l’année 2013.Selon la Banque de France, cinq régions devraient afficher une hausse de leur production industrielle. En Ile-de-France, après un mois de novembre au cours duquel l’activité industrielle s’est inscrite en légère augmentation en lien, principalement, avec le rattrapage de la production dans le secteur de l’automobile, «les perspectives d’activité font état d’un renforcement des mises en production au cours des prochaines semaines», note la banque centrale.En Provence-Alpes-Côte d’Azur, depuis novembre, l’activité manufacturière est en évolution positive aussi bien dans l’industrie que dans les services. A court terme, il est anticipé une nouvelle progression de la production et des transactions. «Quelques plans d’embauches sont en cours de réalisation dans l’industrie électronique et la fabrication de matériels de transport. Mais au final la situation de l’emploi demeure stable», relativise la Banque de France qui table néanmoins sur une hausse de la production à court terme.Quand l’aéronautique va, Midi-Pyrénées va !En Midi-Pyrénées, stimulée par l’aéronautique, la production industrielle s’inscrit à la hausse dans les filières directement liées mais apparaît nettement moins dynamique dans les autres secteurs. La demande se montre un peu moins active. «Les prévisions sont relativement bien corrélées aux situations actuelles», avance l’institution. Autrement dit, il vaut mieux travailler dans l’aéronautique, le principal secteur industriel régional avec notamment 53.500 emplois salariés, 840 établissements et 5,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires.La région Centre se distingue également. Dans leurs prévisions, une fois passée la période des fermetures de fin d’année –des fermetures liées aux périodes de congés, ce ne sont pas des fermetures dues à ces cessations d’activité-, les industriels interrogés font état d’une légère augmentation de la production. Malheureusement, «cette évolution n’aurait pas d’incidence sur le niveau de l’emploi», anticipe la banque centrale.Entre deux eauxTrois régions avancent des profils mi-figue mi-raisin. Il s’agit du Nord-Pas-de-Calais, de la Corse et du Poitou-Charentes. Dans ces deux régions, le climat des affaires est plus venant que dans le reste de la France. En Corse, les perspectives apparaissent moins bien orientées pour les mois à venir notamment dans les industries alimentaires ou de biens d’équipements. En Poitou-Charentes, lors des derniers mois de l’année, la Banque de France a observé un fléchissement global du volume de production, à l’exception des secteurs de la fabrication de denrées alimentaires et des équipements électriques et électroniques qui maintiennent leur activité. \"Pour les mois à venir, les perspectives sont prudentes mais le niveau des indicateurs actuels devrait au moins être reconduit\", estime-elle. Dans le Nord-Pas-de-Calais, selon la Banque, l’activité pourrait globalement se maintenir. La stabilité devrait de nouveau prévaloir dans les équipements électriques et électroniques et les autres produits industriels. La fabrication des matériels de transport devrait repartir à la baisse. Seules les industries alimentaires annoncent un rebond de l’activité.Le soleil ne brille pas partoutEn revanche, certaines régions seront à la peine en 2013. C’est le cas notamment de la Haute-Normandie. «L’activité devrait être médiocre en décembre, en raison des fermetures plus ou moins longues de nombre d’entreprises, et le carnet actuel ne pousse pas les dirigeants à un optimisme fort pour les premiers mois de 2013. L’emploi industriel va continuer à pâtir du climat conjoncturel ambiant», indique l’institution. En Basse-Normandie, «le manque de visibilité pour le début d’année 2013 préoccupe vivement les industriels. Les budgets sont régulièrement revus à la baisse», poursuit-elle.En Bretagne, malgré des perspectives de production plutôt orientées à la hausse, la contraction des effectifs devrait se poursuivre au cours des prochains mois. Pour illustrer ce marasme, le quotidien Ouest France a mis en ligne sur son site Internet une carte actualisée des destructions d’emplois. Dans les pays de la Loire, avant la commande record de STX, une faible croissance industrielle était attendue pour les prochains mois. Enfin, en Languedoc-Roussillon, les industriels interrogés par la Banque de France ont revu leurs prévisions de croissance 2013 à la baisse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :