Le hussard de LVMH sur le toit d'Hermès

 |   |  186  mots
Bernard Arnault, PDG du numéro un mondial du luxe LVMH, est un habitué des feuilletons : à la fin des années 1980, il a ferraillé trois ans avant d'emporter Louis Vuitton-Moët Hennessy. Cette fois encore, se profile une bataille juridico-financière de longue haleine. Le 23 octobre 2010, il a dévoilé détenir 17 % du capital d'Hermès, sans avoir déclaré aucun franchissement de seuils à l'AMF, l'Autorité des marchés financiers. L'affaire s'est réalisée via des « equity swaps » transformés ensuite en actions. Prises d'assaut, les familles actionnaires de cette société en commandite se défendent. Avec l'appui de l'avocat Jean-Michel Darrois, elles décident la création d'un holding qui détiendra 51 % du capital d'Hermès. Ce projet est soumis à l'AMF. Le gendarme de la Bourse doit se prononcer sur la dérogation que les familles actionnaires d'Hermès demandent à l'obligation de lancer une OPA sur le solde du capital. Verdict en janvier. Dans la négative, LVMH, monté depuis à 20,21 % du capital d'Hermès, pourrait lancer une contre-offre. Ce sera en tout cas l'une des belles batailles de cette année 2011. J. G.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :