Année cruciale pour la banquière

 |   |  180  mots
Qui prendra la suite d'Emilio Botín, l'emblématique patron de Santander, la première banque espagnole ? La question agite déjà les milieux financiers hispaniques, bien qu'aucun calendrier de succession n'ait été défini. Si plusieurs noms sont cités, c'est sa fille, Ana Patricia, qui fait figure de favorite. Elle a été nommée au début du mois de décembre à la tête de la filiale britannique de Santander. Pour le groupe espagnol, la Grande-Bretagne est un marché stratégique : il représente sa troisième source de profit, derrière l'Espagne et l'Amérique latine. Ana Patricia Botín, quinquagénaire, connaît bien le monde anglo-saxon : formée à l'université américaine de Bryn Mawr, puis à Harvard, elle a fait ses premiers pas dans la finance chez JP Morgan, où elle est restée sept ans, avant de partir faire ses classes chez Santander de 1988 à 2000, puis de prendre la présidence de Banesto en 2002. En 2011, Ana Patricia Botín aura la tâche d'introduire en Bourse une partie du capital de Santander UK. A. M.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :