MF Global et l'énigme des 600 millions de dollars toujours manquants

 |   |  413  mots
Copyright Reuters
Des clients du courtier en faillite ont déposé deux plaintes en nom collectif.

Mais où sont donc passés les quelque 600 millions de dollars manquants de MF Global ? Une semaine après le dépôt de bilan du courtier, les autorités américaines n'ont toujours pas retrouvé la trace de ces fonds ayant disparu des comptes de ses clients. La firme de Wall Street assure qu'ils sont encore bloqués auprès de banques ou de chambres de compensation. Vendredi, elle pensait d'ailleurs les avoir localisés, sur l'un des comptes qu'elle détient chez JP Morgan. Mais ces sommes avaient déjà été prises en compte par la CFTC, le gendarme américain du marché des dérivés.

À l'heure actuelle, les clients de MF Global ne peuvent donc espérer récupérer que 60 % de leurs investissements. Leurs comptes, jusqu'à présent gelés, ont commencé à être transférés vers d'autres courtiers.

Enquête officielle du FBI

Deux plaintes en nom collectif ont été déposées en fin de semaine à l'encontre de la société et de ses dirigeants, coupables de « conduites et de pratiques illégales ». MF Global est en effet soupçonné de ne pas avoir respecté la séparation stricte entre les actifs laissés en garantie de positions ouvertes par les clients et les comptes propres, ce qui constitue une violation de la réglementation américaine. Selon le « Wall Street Journal », le courtier était également adepte du « window dressing », un artifice comptable légal mais décrié permettant de dissimuler le niveau réel d'endettement lors de la publication des résultats trimestriels.

Critiqué pour sa gestion et ses paris risqués sur la dette européenne, Jon Corzine a démissionné vendredi matin de son poste de PDG de MF Global, renonçant à ses indemnités de départ. Il aurait par ailleurs embauché un avocat réputé, ayant par le passé représenté John Thain, l'ancien patron de Merrill Lynch, alors que le FBI, la police fédérale, a ouvert une enquête officielle, affirme une source citée par Bloomberg.

L'affaire MF Global pourrait également susciter des remous au sein de la CFTC, dont l'un des commissaires a volontairement pris ses distances en raison de liens étroits avec Jon Corzine, qu'il a côtoyé chez Goldman Sachs. Or, il apparaît aujourd'hui que ce dernier avait pesé de tout son poids, l'an passé, pour faire échouer un projet de réglementation qui aurait significativement limité les prises de risques des courtiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :