Crédit Agricole CIB s'apprête à annoncer des suppressions de postes mi-novembre

 |   |  473  mots
Copyright Reuters
La banque devrait réduire certaines activités d'ici à fin 2011, en particulier à l'international.

Dans l'effort de réduction de l'endettement de 50 milliards d'euros de Crédit Agricole SA d'ici fin 2012, la branche banque de financement et d'investissement va être fortement sollicitée. Crédit Agricolegricole Corporate & Investment Bank (CA CIB) devra contribuer à hauteur de 15 à 18 milliards d'euros (lire « La Tribune » du 29 septembre), avec une première étape de 9 milliards d'euros d'ici à la fin de l'année. Un objectif ambitieux selon certaines sources internes préoccupées par les moyens d'y parvenir. Des précisions devraient être apportées par la direction du groupe vers la mi-novembre.

Une des variables d'ajustement est l'emploi. À l'image de l'annonce faite par BNP Paribas jeudi dernier de supprimer des centaines de postes, notamment dans la banque de financement et d'investissement, CA CIB n'échappera pas à des réductions d'effectifs. En interne, le chiffre qui revient le plus souvent est de 1.000 suppressions de postes sur un total de 14.703 à fin 2010. « Même si rien n'est encore fixé par la direction », tient à préciser un syndicat. La direction privilégierait les départs volontaires et à la retraite, avec des indemnités pouvant atteindre un maximum de 36 mois de salaires brut. S'agissant des activités qui seraient arrêtées, rien n'a encore filtré. Mais CA CIB a déjà transféré au gérant américain BlueMountain ses activités de trading de corrélation. D'autres activités, comme le financement structuré, seront réduites au profit d'un recentrage sur des produits moins risqués. Des activités ont déjà fermé comme les fusions-acquisitions en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Fermeture en Afrique du Sud

L'international serait principalement touché, et la France davantage préservée. CA CIB se distingue en effet par un réseau à l'international très développé par rapport à la taille du groupe. Une dizaine de fermetures ou cessions d'implantations non stratégiques à l'étranger ont été évoquées pour réallouer les ressources sur des secteurs plus porteurs. La banque privilégiant les grandes places financières.

Une annonce a déjà été faite en juillet avec la fermeture, d'ici 2013, de la succursale en Afrique du Sud après soixante ans de présence. Quarante-huit salariés sud-africains partiront et la dizaine de clients multinationaux sera suivie à partir de l'Europe.

Enfin, de nombreux salariés s'inquiètent de ce que le groupe veut réellement faire de CA CIB. « Un simple outil des caisses régionales ? » s'interroge l'un d'entre eux. Des initiatives ont déjà été lancées comme au Crédit Agricolegricole Languedoc. Une « mini » salle de marché a été ouverte il y a un an avec deux personnes de CA CIB dont une qui travaille sur les collectivités publiques. D'autres initiatives sur le même modèle pourraient suivre, dans la mesure où la recherche de proximité est au coeur du « projet de groupe 2014 ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :