Quand l'industrie électrique se dévoile au grand public

Du 4 au 12 octobre prochain, EDF dévoilera les coulisses de l’électricité en ouvrant 60 de ses sites de production au grand public dans le cadre de ses Journées de l’industrie électrique. Un programme rythmé par des visites pédagogiques bien sûr mais aussi par une mise en lumière d’un secteur qui innove en permanence.
Centrale nucléaire du Bugey © EDF/ Bruno Conty
Centrale nucléaire du Bugey © EDF/ Bruno Conty (Crédits : EDF/ Bruno Conty)

Par son gigantisme et son architecture atypique, une centrale nucléaire, une centrale thermique à flamme, un barrage ou encore un site éolien, solaire, interpelle la population. La grandeur de ces installations contraste avec le geste si simple d'appuyer sur un interrupteur  pour obtenir de l'électricité. C'est une « ville dans la ville ». Des lieux souvent « mystérieux » aux yeux de la population, impressionnée par les normes drastiques de sécurité autour de ces sites de production d'électricité. Pourtant, ces installations n'ont rien de secret et rien à cacher. EDF entend le démontrer et le faire savoir. C'est pourquoi, en 2011, l'entreprise a créé les Journées de l'industrie électrique EDF. Avec pour objectifs de faire découvrir aux visiteurs le fonctionnement des centrales de production, mais aussi d'expliquer les enjeux futurs, notamment la nécessité de disposer d'une diversité de moyens de production de l'électricité.

60 sites ouverts

Cette année, pas moins de soixante sites - ils étaient 45 l'an dernier - vont participer à l'opération. L'édition 2014 aura pour thème l'innovation, dans le cadre la Fête de la science. Le grand public va  rencontrer des biologistes, chimistes, ingénieurs, des équipes spécialisées dans l'environnement, la radioprotection, la robotique, la gestion des risques, du recyclage, de la sûreté... Ainsi, il va pouvoir mesurer combien recherche, science et électricité sont liées. Ce rendez-vous annuel est de plus en plus prisé du grand public. Les visites permettent de découvrir l'envers du décor des sites de production d'électricité mais aussi ceux qui la font au quotidien ; elles sont exceptionnelles et gratuites. En effet, ces dernières années, le renforcement du plan Vigipirate a réduit drastiquement la possibilité pour le citoyen de pénétrer dans les sites de production d'électricité. Lors de ces journées, le visiteur peut entrer dans les centrales nucléaires, thermiques, hydrauliques, ou encore les sites éoliens et solaires (EDF Energies Nouvelles). Cela se sait peu, mais le patrimoine industriel d'EDF est unique en France, très diversifié et complémentaire.

Un voyage de deux heures sur le « chemin de l'électricité »

Ces visites qui ne durent pas moins de deux heures, sont particulièrement riches. Tout commence à l'espace d'information, à proximité et à l'extérieur du site de production. Un guide accueille le public et commente l'exposition permanente et/ou temporaire, accessible toute l'année. Des animations ludiques en groupes et des ateliers scientifiques interactifs sont proposés pour permettre aux petits et grands de comprendre les systèmes de production d'électricité, en manipulant soi-même des objets. Il en y a pour tous les âges. Des moments qui font le charme et la convivialité de ces Journées de l'industrie électrique. D'ailleurs, de nombreux groupes scolaires se déplacent et beaucoup de gens viennent en familles. Plusieurs générations se mêlent : grands-parents, parents, enfants. Ensuite, dans une salle de conférences, le guide explique, documents et vidéos à l'appui, sur grand écran, le fonctionnement de la centrale et les spécificités du site. Puis, c'est le départ pour la centrale. Chacun revêt un casque et des chaussures de sécurité et passe dans les sas de sécurité. Tout au long du parcours, les visiteurs arpentent les installations, sur le « chemin de l'électricité », de la source d'eau en passant par la transformation des énergies en électricité, jusqu'à son arrivée dans les foyers. Ils peuvent découvrir la salle des machines, mais aussi le simulateur (réplique à l'identique de la salle des commandes), ou encore la réserve naturelle à l'extérieur et la passe à poissons pour les barrages hydrauliques.

Journée de l'électricité 2

Visite de la centrale thermique d'Aramon, Gard /© EDF Corine Brisbois

 Les chiffres témoignent de l'engouement de la population pour ce « voyage ». Le taux de satisfaction est excellent : 77% des visiteurs se déclarent « très satisfaits », selon les questionnaires remplis à l'issue de ces journées. Les gens sont souvent épatés par ce qu'ils ont vu et le savoir-faire technique du personnel. « Après une telle visite, avec de si bonnes explications, cette « énergie » nous rassure ! », déclare Julie, qui a découvert pour la première fois la centrale nucléaire de Chinon en Indre-Loire. « Au simulateur, nous avons été impressionnés par la rigueur des opérateurs et l'utilisation des procédures », raconte Marcel, ravi d'avoir vu les coulisses de la centrale nucléaire de Cruas en Ardèche. De l'avis général, « la visite démystifie le nucléaire ». « J'étais un peu inquiète sur l'énergie nucléaire. Je comprends mieux maintenant comment ça marche », confie Adeline, qui a été surprise par la propreté des locaux à la centrale nucléaire de Saint-Alban en Isère. « La visite m'a permis de bien comprendre le fonctionnement de la centrale et de mieux me faire mon opinion sur le nucléaire », confie Bruno. « A chaque fois, tout au long de la visite, les gens, de tout âge, multiplient les questions », se réjouit Daniel Warnier, chef du département information et image à EDF. « Des questions, qui sont devenues plus pointues au fil des années », fait-il remarquer. Du coup, aucune visite ne se ressemble.

Informer le grand public de manière pédagogique et ludique

Le grand public apprécie tout particulièrement les efforts pédagogiques mis en œuvre pour expliquer le système complexe de production. Nombre de personnes saluent une « très bonne visite et une excellente connaissance de la personne qui a fait la visite ». « C'est très intéressant sur le plan de la compréhension de la production d'électricité, de la régulation de l'eau et de la protection de l'environnement », souligne Vincent, qui a visité la centrale hydraulique de St-Cassien, en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Quant au personnel d'EDF (directeurs, techniciens, ingénieurs...), qui participe volontairement à l'opération, il ne cache pas sa satisfaction. « Ces visites sont essentielles pour faire connaître nos métiers et garantir la continuité de l'acceptation de nos ouvrages », rappelle Régis Chancel, un manager de la centrale thermique de Blénod en Lorraine, « touché » par l'intérêt suscité par ces Journées de l'industrie électrique. « Il y a une vraie soif de connaissance du public et nous, nous avons soif de faire partager notre savoir-faire », résume Daniel Warnier. Pour lui, il y a également un autre facteur : « la fierté et la curiosité de découvrir cette industrie et ceux qui produisent l'électricité au quotidien».

Une chose est sûre, « en six ans, le nombre de visiteurs a quadruplé dans les centrales thermiques et a doublé sur les sites nucléaires et hydrauliques d'EDF », met en avant Agnès Nemes, responsable des Journées de l'industrie électrique et des visites d'entreprises sur les sites de production d'EDF. De plus en plus, l'entreprise essaie de multiplier les opérations grand public, à l'occasion notamment de la Semaine du développement durable, de la Fête de la nature, des Journées européennes du patrimoine... Des visites, qui permettent aussi de susciter des vocations auprès des jeunes. Car, il y a des postes à prendre, en raison de la pyramide des âges du personnel. En 2013, le groupe EDF a embauché 6 000 personnes en CDI, ce qui le place dans le top 5 des entreprises qui recrutent en France.

.............................................................................................................

Que faire pour visiter un site EDF ?

Il faut s'inscrire au préalable pour toute visite des installations industrielles, via le site jie.edf.com. Les inscriptions se dérouleront jusqu'au 12 septembre pour les sites nucléaires (soit trois semaines avant l'événement afin de garantir les mesures de sécurité prévues sous Vigipirate). Et, jusqu'au 3 octobre pour les sites hydrauliques et thermiques et autres unités d'EDF. L'âge minimal est de 12 ans.

_________________________________________________________________

Journée de l'électricité

Visite de la centrale thermique de Porcheville / © EDF Bruno Conty

EDF, pionnier de la visite d'entreprise en France

Cela fait désormais plus de soixante ans que le géant de l'électricité ouvre ses sites au grand public. Dès les années 50, lors de la construction des grands barrages, EDF donne déjà la possibilité au public  de venir visiter ses sites. Par souci de transparence. L'électricien en fait de même dans les années 60 au moment de la construction des centrales thermiques à flamme, puis des centrales nucléaires à la fin des années 70. A l'époque, le monde venait de subir deux chocs pétroliers. L'entreprise construisait alors nombre de centrales nucléaires pour garantir l'indépendance énergétique de la France. L'énergie nucléaire à taille industrielle était quelque chose de nouveau. Il suffisait alors simplement de s'inscrire pour se rendre dans une centrale. Les gens pouvaient visiter les chantiers de construction des centrales. Tous les ans, EDF accueillait plus d'un million de personnes. Pourtant, «à l'époque, l'idée d'associer industrie et tourisme était un sacré pari », rappelle Daniel Warnier, chef du département information et image à EDF. Ensuite, « les visites ont été fortement réduites, avec le renforcement du plan Vigipirate, indique Agnès Nemes, responsable des Journées de l'industrie électrique et de la visite d'entreprise sur les sites de production d'EDF.

La fréquentation des sites d'EDF a doublé en cinq ans

En 2007, l'entreprise a pu rouvrir les visites aux groupes. Résultat, malgré un contexte encore très contraignant, la fréquentation est passée de 200 000 visiteurs en 2008 à 430 000 l'an dernier. Tout le monde est curieux de voir ce qu'il y a derrière une centrale.  De plus, son patrimoine industriel est unique en France, avec 435 centrales hydrauliques, 640 barrages, 21 sites nucléaires, 15 sites thermiques à flamme, et 90 sites éoliens et solaires. Un patrimoine qui méritait d'être valorisé par un événement comme les Journées de l'industrie électrique EDF.

Sans oublier les énergies renouvelables

D'après les résultats des questionnaires d'EDF, les visiteurs viennent d'abord par curiosité et pour découvrir les métiers de l'électricien, qui recrute, en raison d'un grand nombre de départs à la retraite. La grande majorité des visiteurs se déclarent très satisfaits. C'est un moment convivial, souvent en famille, avec des animations pour petits et grands, où ils rencontrent les salariés et échangent librement sur tous les sujets, y compris celui de l'impact sur l'environnement et la radioactivité.  C'est l'occasion pour les ingénieurs d'EDF d'expliquer que chaque énergie a son rôle et ses avantages. C'est un mix particulièrement savant pour parvenir à répondre aux besoins accrus en électricité. « Notre ambition est d'augmenter le nombre de visiteurs de 10% chaque année et de mieux faire connaître l'offre pour découvrir ce patrimoine d'exception », indique la responsable des Journées de l'industrie électrique.

.........................................................................................................................

Drone

© EDF/DTG Florian Mauris

EDF veille sur ses sites industriels avec des drones

Du 26 au 28 septembre, EDF participera au Village des sciences à la Cité des Sciences et de l'Industrie à Paris et fera découvrir au public tout l'intérêt des drones pour surveiller un site de production d'électricité. Sur son stand, EDF mettra en place des animations avec des drones, des rencontres avec des experts... A cette occasion, l'entreprise invite le grand public à participer à des démonstrations de pilotage par des professionnels, qui prendront des mesures sur un barrage virtuel installé spécialement pour l'occasion. Dans un espace sécurisé par des filets, un tapis au sol représentera une vallée avec une rivière sinueuse. Des zones seront identifiées sur l'ouvrage et le drone devra se rendre, avec précision, sur chacun des points de la paroi. Les drones sont utilisés par EDF pour surveiller les installations industrielles, leur environnement et veiller à la bonne santé des édifices. Leur rôle est crucial. Ils permettent d'aller dans des endroits difficiles d'accès pour l'homme. Aujourd'hui, le groupe EDF utilise même des drones pour vérifier la température des panneaux solaires ou surveiller des lignes électriques. Deux modèles de drones seront présentés par des experts d'EDF du secteur, ainsi que les différents capteurs utilisés de mesures topographiques, environnementales, acoustiques... Un télé-pilote, habilité manipulera le drone, tandis qu'un deuxième télé-pilote donnera aux spectateurs les explications en direct. A leurs côtés, le grand public pourra lui-même ensuite se tester par le biais d'une tablette tactile. Le participant devra faire décoller le drone et essayer de suivre fidèlement le tracé du cours d'eau, comme le fait un drone lors de mesures environnementales pour le suivi de la qualité d'eau, du développement des macrophytes en rivière ou des températures de surface.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.