Et si l'Outre-mer misait sur le tourisme ?

 |   |  964  mots
Le tourisme ne représente que 7 % du PIB de la Guadeloupe, 9 % de celui de la Martinique et 7,7 % de celui de la Polynésie française
Le tourisme ne représente que 7 % du PIB de la Guadeloupe, 9 % de celui de la Martinique et 7,7 % de celui de la Polynésie française (Crédits : Reuters)
La France dispose du deuxième domaine maritime mondial, derrière les Etats-Unis. Pourtant, les gouvernements successifs n’ont pas été capables de construire une politique maritime digne de ce nom, préférant tenter de dupliquer le modèle économique allemand basé sur le développement de l’industrie à l’export. En plusieurs volets, La Tribune enquête sur cet « oubli » de la politique économique gouvernementale et sur les opportunités de développement qu’offrent nos territoires ultra-marins. Dévoilé en février, le rapport annuel de la Cour des comptes met en lumière les déboires de l’activité touristique dans les territoires ultra-marins.

Le mot n'est pas employé par la Cour des comptes. Mais il vient naturellement aux lèvres de ceux qui auront parcouru le chapitre de son rapport annuel dévoilé en février consacré au tourisme outre-mer : gâchis.

Bien que ces destinations fassent rêver, que leurs plages de rêves et leurs cascades bouillonnantes ornent nos réfrigérateurs, l'industrie du tourisme est encore embryonnaire dans ces territoires au regard de leur potentiel. Selon le rapport annuel de la Cour des comptes publié en février, le tourisme ne représente que 7 % du PIB de la Guadeloupe, 9 % de celui de la Martinique et 7,7 % de celui de la Polynésie française. À La Réunion, il ne pèse que 2,6 % du PIB. 

" Le tourisme a contribué à l'emploi en 2012 pour 16 % du total des emplois en Polynésie française, 9 % des effectifs salariés à la Guadeloupe, et, à La Réunion, l'Insee l'évalue à 3,2 % de l'emploi total en 2011 avec 6.750 salariés, tandis que l'observatoire régional du tourisme en comptabilise 8.500 ", indique la Cour, rappelant l'arrêt brutal de l'essor de l'activité touristique à partir de 2008, dans le sillage des crises sanitaires et sociales qui ont secoué ces territoires qui affichent des taux de chômage de la population active très élevés. Selon l'Insee, il atteignait en 2012 28,5 % à La Réunion, 22,5% en Guadeloupe, 21% à la Martinique et 22,5 % en Polynésie française. .

Des concurrents redoutables

Comment expliquer cette baisse de la fréquentation, les crises sanitaires et sociales ne pouvant être le seule déclencheur de cette perte de vitesse du tourisme ultra-marin ? Le rapport de la Cour commence par évoquer la concurrence des îles voisines. Quand la Martinique accueillait 487.300 touristes en 2012, la République Dominicaine recevait la visite de plus de 4 millions de vacanciers. Quand cette même année, La Réunion recevait 446.500 touristes, l'Ile Maurice en accueillait le double.

Le rapport constate également le faible dynamisme des collectivités territoriales, l'ancienneté des plans de développement, qui datent de la fin des années 90 au pire et au mieux, du début des années 2000, les approches peu innovantes et la faible valorisation des atouts de ces îles.

" La qualité exceptionnelle de leur patrimoine naturel n'est pas suffisamment prise en compte. Le parc national de La Réunion, qui représente près de 40 % du territoire, a été classé en 2010 au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco pour ses cirques, ses pitons et ses remparts. La stratégie touristique réunionnaise, élaborée avant ce classement, reste silencieuse face à un produit d'appel et de notoriété majeur. La Martinique, la Guadeloupe et La Réunion sont également des destinations dotées de volcans actifs [la montagne Pelée à la Martinique, la Soufrière à la Guadeloupe et le Piton de la Fournaise à La Réunion], peu exploités pour l'image touristique de ces îles », explique la Cour qui regrette également la faible articulation entre acteurs institutionnels et entre ces derniers et les acteurs privés.

Peu de compagnies aériennes

La faible diversification de la desserte aérienne est également avancée pour expliquer la faible attractivité touristique de ces territoires. Passer par Paris est obligatoire pour tous les Européens qui ne peuvent choisir que trois ligne régulières pour relier les Antilles et La Réunion. Quant aux touristes étrangers originaires de la zone régionale proche des îles françaises, ils ont également des difficultés à accéder à ces destinations outre-mer. Un exemple, les liaisons aériennes entre la Guadeloupe et le Continent américain ne représentait que 2 % du trafic passager total de la Guadeloupe en 2012.

La forte dépendance à la métropole

Cette faiblesse explique en partie l'incapacité de ces territoires à diversifier les clientèles touristiques, la clientèle métropolitaine représentant plus de 80 % des touristes. " Cette situation de mono-clientèle constitue un double handicap pour les destinations de la Guadeloupe, de la Martinique et de La Réunion. Le premier est une grande sensibilité à la conjoncture économique française. Le second tient au caractère fortement affinitaire. Or le tourisme affinitaire apporte moins de recettes que le tourisme d'agrément ou le tourisme d'affaires, les dépenses liées à l'hébergement et à la restauration étant moindres ", observe la Cour.

Un accueil pas très chaleureux.

Dans des termes très policés, la Cour des comptes revient également sur le déficit d'accueil et de formation du personnel. " Aux Antilles et à La Réunion, l'adhésion de la population locale au tourisme demeure encore insuffisante. Aux Antilles, la crise sociale de 2009 et des incidents récents renforcent l'image, pas toujours justifiée, de destinations peu chaleureuses. À La Réunion, le tourisme n'est pas encore intégré comme une priorité par la population locale, par ailleurs, traditionnellement accueillante. La faible qualité de l'accueil des touristes concerne également les acteurs privés de la filière [absence de maîtrise des langues étrangères, horaires des commerces et restaurants inadaptés à une vie nocturne, accueil peu structuré à l'arrivée des navires de croisières]. La prise de conscience récente de la nécessité d'améliorer l'accueil des touristes a amené les collectivités publiques à engager des actions de sensibilisation de la population ", constate la Cour.

Une offre hôtelière insuffisante

A ces difficultés s'ajoutent les faiblesses de l'offre hôtelière, les régions d'outre-mer étant moins dotées en chambres d'hôtel que les régions métropolitaines. " Inadaptée aux fluctuations saisonnières, avec une forte tension en période de haute saison touristique mais des taux d'occupation moindres en dehors, la capacité hôtelière actuelle, avec moins de 4 500 chambres,ne permet pas d'envisager une augmentation substantielle des flux touristiques ", précise la Cour.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2015 à 17:31 :
l'outre-mer qui mise sur le tourisme ? Et sur quoi d'autre de toute façon ? Encore un article qui invente le fil à couper le beurre... Merci pour cette actu chaude, révélatrice, analytique...
a écrit le 23/07/2014 à 8:40 :
3 ans en Martinique et je n’y retournerai jamais. Ce n’est pas la peine de chercher très loin les raisons de la faillite du tourisme aux Antilles Françaises, ce n’est pas la peine de se voiler la face sous peine d’offusquer les sensibilités comme la majorité des personnes publiques qui ont des responsabilités. Le problème est humain. L’accueil dans les restaurants, bars, commerces, hôtels, taxi et les services associés sont honteux. Ayant beaucoup voyagé je classe la Martinique et la Guadeloupe dans les pires endroits pour l’accueil et le service. Ces îles ont tous les ingrédients pour être un haut lieu touristique, mais tant que la population assimile le sens du service à de l’esclavagisme cela ne pourra pas évoluer. Pourquoi les paquebots s’arrêteraient dans une ville où tous les commerces sont fermés, où vous êtes insultés par des taxis qui finissent par vous arnaquer, où vous attendez 1 heure dans un restaurant à moitié vide, où les employés sont plus que désagréable. Je n’exagère en rien ce tableau et ceux qui contredisent ces faits sont soit les locaux soit des gens n’ayant que peu d’expérience de ces îles.
Certains diront qu’ils ne veulent pas du tourisme de masse pour préserver l’île… Les mêmes qui laissent leurs batteries de voiture sur le bord de la route, leurs bouteilles de bière ou autres détritus à la plage. Promenez-vous à Pointe à Pitre où à Fort de France et vous verrez l’état d’esprit des locaux concernant le respect de l’environnement.
Ces îles ne s’en sortent que grâce à la métropole. Entre le chômage et le nombre de fonctionnaires, l’argent public fait vivre ces îles et cela convient aux locaux alors pourquoi changer ? Ils ne s’y trompent pas, grèves pour l’autonomie mais quand il s’agit de la voter c’est le non qui l’emporte.
a écrit le 11/07/2014 à 11:29 :
Mayotte mise surtout sur les allocs.......
a écrit le 11/07/2014 à 7:17 :
.... on pourrait croire qu'on parle de la qualité du tourisme en métropole à la lecture de ces lignes :
"Dans des termes très policés, la Cour des comptes revient également sur le déficit d'accueil et de formation du personnel. " [...] l'adhésion de la population locale au tourisme demeure encore insuffisante. [...] la crise sociale [...] et des incidents récents renforcent l'image, pas toujours justifiée, de destinations peu chaleureuses. [...], le tourisme n'est pas encore intégré comme une priorité par la population locale, par ailleurs, traditionnellement accueillante. La faible qualité de l'accueil des touristes concerne également les acteurs privés de la filière [absence de maîtrise des langues étrangères,[...]]. La prise de conscience récente de la nécessité d'améliorer l'accueil des touristes a amené les collectivités publiques à engager des actions de sensibilisation de la population ", constate la Cour."
a écrit le 10/07/2014 à 22:05 :
Taxes de séjour augmentées de 500%,
TVA de l'hotellerie augmentée de 5,5 à 20,6 !!
Sans parler des charges, taxes et autres augmentations d'impôts...
Développer le tourisme ne tient pas que dans un discours !
a écrit le 10/07/2014 à 20:11 :
Il faudrait commencer par exonérer à 100% les taxes Aériennes Exorbitantes pour l'Outre Mer Français, dans le cadre légal de la continuité territoriale Française : les Billets d'avion seraient moitié moins cher. (Plus de la moitié du prix du vol, est constitué de taxes aériennes
Réponse de le 10/07/2014 à 22:02 :
Mieux : rendre déductible des taxes aériennes... les bagages supplémentaires retour : ca boosterait le commerce local !!!
a écrit le 10/07/2014 à 18:42 :
Pour cela il faudrait que nos compatriotes des DOM-TOM apprennent quelques notions d'accueil et les bonnes manières et que la délinquance endémique diminue...
Réponse de le 10/07/2014 à 19:01 :
parce que la délinquance "endémique, y en a pas ici?
Réponse de le 10/07/2014 à 22:09 :
Sans parler des grèves : des amis en Guadeloupe touchés (alimentairement parlant: rien à manger!) par la grève LKP, passent dorénavant 3 mois par an... En République dominicaine!! CQFD.
a écrit le 10/07/2014 à 18:29 :
J'ai eu l'occasion de visiter la Martinique et la Guadeloupe. J'ai adoré ! Les paysages, la culture, las gastronomie sont des atouts indéniables ! La saleté ou la vétusté, on peut la trouver dans d’autres régions françaises tout comme l'accueil 'glacial et désagréable" (le Sud de la France, par exemple). Le gros problème des Antilles est le monopole de quelques compagnies aériennes et donc l'obligation pour certains touristes européens de passer par Paris (pas de ligne directe Bruxelles-Antilles par exemple...). Cela alourdi le prix du transport...
a écrit le 10/07/2014 à 17:50 :
faudrait savoir a écouté la ministre une épidémie majeure sur le Chikungunya...qui a envie d'y alla au Antilles
a écrit le 10/07/2014 à 14:59 :
Le jour où vous voudrez vraiment faire une étude approfondie et comparative sur ce qui marche en tourisme sur la Caraïbe et ce qui ne marche pas, venez me voir sur Saint Martin avec une visite sur Sint Maarten (partie ex Hollandaise) et vous en reviendrez avec de bonnes idées à mettre en poeuvre
a écrit le 10/07/2014 à 13:51 :
Il y a surtout une île à développer, c'est Mayotte, le plus beau lagon du monde, mais la c'est relou,
Ca serait un coin génial de vacances si////////!
Réponse de le 10/07/2014 à 19:03 :
Mayotte! ouais, c'est bien "peuplé", vous avez raison....
Réponse de le 11/07/2014 à 2:02 :
Mayotte serait une belle destination touristique... sans les mahorais. Depuis la départementalisation ils sont de plus en plus nombreux à venir se faire un masque de beauté à la Réunion mais aussi en métropole. L'intégration sera très difficile entre la polygamie, l'analphabétisme, l'islamisme et les enfants errants...
Réponse de le 11/07/2014 à 11:31 :
la totale, quoi....!
a écrit le 10/07/2014 à 13:47 :
le tourisme est une inudustrie ,qui demande des qualifications elevees a tout les niveaux ,de la femme de chambbres au directeur ,donc les dom tom ,ont d immenses efforts a faire ,apprendre l anglais ,l espagnol ,le portugais ( bresil et amerique latine )....vu les sous developpeemnt et la mentalite c e n est pas encore gagné !!
a écrit le 10/07/2014 à 13:45 :
pour ce que j'en connais, à l'île de la Réunion aucune critique à faire, il y a peu de plages, mais on ne vient pas à la Réunion pour les plages, c'est le paradis de la rando, des centaines de km de chemins balisés, plein de bus (ben oui on entre d'un côté on sort de l'autre), l'accueil est super, la bouffe est a un prix sans reproche, quand à manger sur la plage en s'approvisionnant dans les petits camions, pour 5 euro le casse dalle, tu risques pas de remettre le couvert.
J'ose espérer que cet article ne nous concerne pas.
a écrit le 10/07/2014 à 13:36 :
J'ai beaucoup apprécié mes 2 séjours en Martinique et à la Réunion. Maintenant en effet, on n'en parle pas assez. Ces destinations ne sont pas présentes dans "Voyage Privé", c'est mis en avant nulle part.
Réponse de le 10/07/2014 à 14:04 :
Vous avez raison, vous ne verrez dans les agences de voyages aucune promo pour les dom-tom.
a écrit le 10/07/2014 à 12:17 :
Quand on voit l argent investi en Guadeloupe et la pauvreté des installations on se demande ou va l argent
Je vous parler même pas de l accueil
a écrit le 10/07/2014 à 12:06 :
Selon le gouvernement, l’industrie du tourisme représente 9% du PIB mondial, 4% du PIB européen et 6,5% du PIB français.
en fonction des DOM et de TOM, l'agriculture représente entre 5% et 9% du PIB local, l'industrie, entre 15% et 20% et les services entre 70% et 80%
a écrit le 10/07/2014 à 11:58 :
Pourquoi la République Dominicaine est plus performante que la Martinique, La Guadeloupe ou La Réunion c'est peut-être qu'en République Dominicaine il n'y a pas de RSA, CMU, loyers gratos, primes de rentrée scolaires, allocations familiales, transports gratuits et tout le chapelet d'aides sociales qui ne vous donnent pas envie de bosser.
Réponse de le 10/07/2014 à 13:50 :
C est en partie vrai mais c est le système français! Si il y avait plus de libéralisme la réunion pourrait p ex être un haut lieu de la recherche pharmaceutique et agricole! C est un hot spot écologique et on en fait rien ! Ça pourrait être aussi l endroit idéal pour le tourisme médical et un lieu et un lieu de recherche d habitats écologique et moderne au milieu tropical. Mais au loti de tout cela on pourrit la population locale par l assistanat et on l utilise pour repartir ll argent de la classe moyenne vers les riches propriétaires métropolitains des supermarchés !
a écrit le 10/07/2014 à 11:43 :
7% du PIB pour le tourisme : pourriez nous donner la répartition des 93% restant et nous rappeler les chiffres de la métropole.
a écrit le 15/02/2014 à 22:58 :
Parfaitement dépeint . La situation des DOMTOM est exactement ça. Il faut vraiment le vouloir pour venir.
a écrit le 13/02/2014 à 8:28 :
Tiens une sacré découverte après des décennies de mise en application.
a écrit le 12/02/2014 à 18:07 :
les Antilles Françaises , c'est sale , c'est cher et les locaux n'aiment pas les Français ; pas de transports en commun que des taxis et des embouteillages énormes plages pas propres , insalubrité générale! impossible de tout changer! seul le trafic de drogue avec la Colombie , fait un tabac ! gilet pare balles conseillé apres le coucher du soleil Voyez plutôt les autres iles
Réponse de le 16/02/2014 à 3:16 :
Il faut arrêter avec les préjugés. A vous lire on croirait que c'est la guerre sous nos cieux. Les réseaux de transport existes, toutes les communes sont desservies. Vous parlez d'insalubrité générale alors que nous sommes au même niveau que la france hexagonale en termes d'hygiène et services sanitaires. Avec nos propres contraintes : des îles, un climat tropical, des cyclones etc. Quant aux préjugés de ne pas aimer les français, au cas où vous l'auriez oublié, nous sommes aussi français...Il faudrait s'intéresser davantage à notre histoire, à la construction de notre société, si complexe soit-elle, il n'y a pas que les plages, il y a une culture, des traditions.
Réponse de le 10/07/2014 à 15:47 :
Tout a fait d accord avec romany apres 7 sejours de 1 a 3 semaines en gwada
la derniere fois l autre grand .... de Domota m a fait comprendre que j etais mieux en metropole ou ailleurs alors depuis je vais ailleurs
a écrit le 12/02/2014 à 10:39 :
Je vis sur l'Ile de Saint Martin aux Antilles qui est le plus parlant exemple du Tourisme et du manque d'évolution du Tourisme Franco-Français. La partie Indépendante de l'Ile sans frontière, ex Néerlandaise est plus petite que la partie Française mais plus peuplée, avec un aéroport international (Juliana Airport) de 4 millions de passagers annuels, 2 slips de débarquements de Croisiéristes pouvant accueillir jusqu'à 5 liners ensemble soient jusqu'à 30.000 touristes débarquant sur Philisburg, l'euro renchérit en partie Française, fait le bonheur des commerces, hôtels casinos en zone dollar, enfin il y a quelques 15 compagnies aériennes pour 3 sur la Guadeloupe avec un équipement comparable à Juliana Airport mais pour 1,5 millions de passagers annuels, donc sous utilisé, mais comme celui de la Martinique financés par le FEDER, quelle aubaine !
Nous n'avons rien compris à l'évolution du Tourisme sur la Caraïbe qui se développe donc très bien au détriment des ïles Françaises ce que St Domingue, les BVI, USVI, Ste Lucie et les Grenadines (ex dominions Britanniques) ont eux bien saisis EUX !
a écrit le 12/02/2014 à 6:58 :
Sans connaitre les iles, il me semble que les prix dans l’hôtelier ou dans la location ne sont pas plus élevés qu'en Corse, reste le prix du voyage pour les métros c'est énorme. Les offres chez les particuliers (maison d’hôtes) sont également très réduites, visiblement le tourisme n'est pas perçu de la même manière en métropole et dans les iles.
Réponse de le 16/02/2014 à 3:18 :
Au contraire, il y a pas mal de location en maison d'hôte et de gites très sympa. Et pour toutes les bourses.
Réponse de le 10/07/2014 à 22:25 :
@obc 972: il ne reste plus qu'à prier qu'une grève du LKP ne vous clou pas par manque de carburant, voire ne vous affame parce que la nourriture est "réservée" aux locaux... du vécu !
a écrit le 12/02/2014 à 6:42 :
Goethe,dans son roman " voyage en Italie,disait que l'Italie est belle sans les italiens....
Cela vaut et on peut l'appliquer aux DOM-TOM sans distinction aucune.....
N.B.Par mon malheur j'habite la Reunion; une cloaque à ciel ouvert....
a écrit le 12/02/2014 à 6:38 :
la premiere chose a faire pour attirer les entreprises privees, est de fair monter la France en tete de liste dans le classement international de liberte economique; sans cela, peu de gens interessants vont apparaitre pour remedier a cette situation navrante;
Réponse de le 12/02/2014 à 16:49 :
c'est sur que sans fiscalité et sans droit social, en gros la Chine avec les lois du Luxembourg on serait au top, merci pour votre commentaire.
a écrit le 12/02/2014 à 6:36 :
La Cour des comptes déclare (voir rapport du 11.02.) que à la Réunion,la Région,l'IRT,Conseil
Générale,etc.ne sont pas capable de développer le tourisme malgré des investissement à
l'ordre de env.80.millions d'euro des derniers 3 ans.La moitié de la somme est disparue sans
savoir exactement la destination finale. Magouille,interets privés,malveillances,pas des controles
sont les atout de la Région (paroles des la cour des comptes)
a écrit le 12/02/2014 à 0:06 :
Je suis martiniquais. Qd je lis ts les commentaires ici, je fais amende honorable. Nous avons bcp de progrès à faire: sur la qualité de l'accueil et la qualité des infrastructures; les prix sont élevés, il y a parfois des grèves, les politiques sont non visionnaires et peu courageux et clientélistes. C'est vrai. MAIS, nous avons aussi des atouts: il y a des certaines infrastructures performantes (aéroport, port, marina), des richesses naturelles (forêt, mangrove), des richesse historiques (saint pierre), les touristes peuvent se ballader librement et ne sont pas ghettoisés dans des resorts gardés par des soldats armés, etc...Développons l'éco-tourisme, les gites ruraux, des formes de tourismes qui impliquent la population au jour le jour. Tous les monde y trouvera son compte.
Réponse de le 12/02/2014 à 0:26 :
Et pourquoi pas une véritable économie? Industrie, communication, finance, etc L'économie du tourisme est symbole de pauvreté, il n'y a qu'à observer la Tunisie pour s'en convaincre. L'Outre-mer a plus besoin d'un moteur pour avancer plutôt que d'une bouée de sauvetage pour ne pas se noyer. D'autant plus que les concurrents sont nombreux dans la mer des Caraïbes. Beaucoup de français préfèrent partir en Espagne plutôt que dans le sud de la France car le coût du séjour est plus accessible (à prestation comparable). La langue française ne suffira pas à sauver l'Outre-mer bien au contraire.
Réponse de le 16/02/2014 à 3:29 :
C'est sûr Michel que la langue française ne sauvera pas l'économie des DOM TOM, c'est valable autant pour les Antilles que la Guyane, la Réunion ou la Polynésie qui connaît des problèmes similaires. Nous avons tout de même notre culture créole et métissée, une histoire riche. Par contre vis à vis des autres pays de la Caraibes, nous avons des salaires bien plus élevés, comparables à ceux de la métropole, des charges salariales et une fiscalité similaire, sans compter les coûts logistiques d'approche élevés, une géographie et un climat qui rend difficile certains type d'activités (cyclones, tremblements de terre, volcans)...et pas des moindre une rentabilité faible pour les productions locales : un marché limité en taille, exportation difficile (coûts additionnels + enclavement)..,
a écrit le 11/02/2014 à 22:55 :
Pour avoir visité ces deux îles, j'ai été séduit, j'ai trouvé les gens suffisamment chaleureux, pas d'ondes négatives.

Maintenant qu'ils ont conscience des problèmes, j'espère que le ministère du tourisme ( il n'existe plus je crois si ? ) va se bouger un peu.
Réponse de le 11/02/2014 à 23:20 :
Maintenant c'est le ministère de l'Outre-mer représenté consécutivement par deux guadeloupéens (Marie-Luce Penchard puis Victorin Lurel) , le nouvel ensemble d'emplois fictifs dédiés aux ultramarins. La première a fait "sensation" dans le précédent gouvernement en déclarant qu'elle "n'a envie de servir qu'une population, les guadeloupéens".
a écrit le 11/02/2014 à 22:45 :
Si les DOM et autres territoires d'outre-mer attirent peu de touristes c'est en partie parce que les prix y sont trop élevés.
Un bon exemple en est la nouvelle-Calédonie où les prix des billets d'avions , des chambres d'hotel et des supermarchés sont nettement plus élevés qu'en France métropolitaine.
Du coup les touristes préfèrent les pays voisins.
Une solution efficace à ce problème serait de baisser sensiblement l'indexation des fonctionnaires pour inciter les jeunes ultramarins à travailler dans le tourisme.
Une autre serait d'abolir les taxes à l'importation pour les produits étrangers dans le cas de la Nouvelle-Calédonie.
Tout cela ferait baisser les prix .Mais certaines élites locales en seraient mécontentes et je doute fort par conséquent que l'état français prenne de telles mesures à l'avenir.
Réponse de le 11/02/2014 à 23:23 :
Bien vu. L'octroi de mer engraisse pas d'élus locaux au passage sans soutenir l'économie locale sinon en protégeant des monopoles puisque le marché insulaire est captif.
a écrit le 11/02/2014 à 22:18 :
Les Antilles Françaises, j'ai donné et bien non merci c'est fini. Accueil nullissime; saleté en dehors des hôtels, sentiment anti-métropolitains, insécurité et hors de prix.

La nature est très belle, mais d'autres îles de la région sont beaucoup plus touristiques et attrayantes même si leur nature est moins belle.
Réponse de le 11/02/2014 à 23:42 :
même sentiment que vous, les français de métropoles ne sont pas les bienvenus.
a écrit le 11/02/2014 à 22:10 :
les compatriotes des iles préfèrent la fonction publique plutot que le tourisme et les incompétens qui nous gouvernent n ont jamais eu le courage ou la compétence de developper ces iles
Réponse de le 10/07/2014 à 19:06 :
ils ont déjà peu de courage et volonté sur ce qui est tout près, c'est à dire en France même....
a écrit le 11/02/2014 à 21:10 :
je ne peux que féliciter ce retour au réalisme. Pour avoir parcouru pratiquement toutes les îles de l'arc antillais, les îles rattachées à la Guadeloupe et à la Martinique sont exceptionnelles et un véritable vivier touristique. Les élus sont endormis et en ont ils vraiment envie tant que la manne tombe du ciel. Il faut peu mais surtout du courage, nétoyer les plages, démolir les affreuses constructions voire immondes cabanes...
a écrit le 11/02/2014 à 20:46 :
Les touristes n'ont plus envie de subir les grèves des syndicats et autres parti contre "la profitation"... les autres iles n'ont pas le même soucis ! l'ile Maurice sait ce que le mot services veut dire ! (d'ailleurs Valérie T. ne s'y est pas trompé!!)
Réponse de le 16/02/2014 à 3:40 :
Les salaires à l'île Maurice ne sont pas les mêmes qu'aux Antilles ou à la Réunion. La cible touristique n'est pas la même non plus et est prête à payer plus. Cela ne veut pas dire que l'île s'en sort mieux socialement.
a écrit le 11/02/2014 à 20:12 :
Bon après y avoir passer quelque temps, il y a un gros problème, serte le soleil et présent, les plages sont superbe, mais le climats anti- blanc pose problème, et je ne parle pas de l'insécurité qu'il y a sur les îles.... Donc pour relancer le tourisme, il est important de faire de gros efforts, surtout la population sur place....
Réponse de le 11/02/2014 à 21:26 :
Qu'on leur offre (de gré ou de force) l'indépendance, ils mettront probablement plus de coeur à l'ouvrage!
Réponse de le 11/02/2014 à 21:44 :
Je n'ai jamais senti de racisme en Guadeloupe, sauf une fois mais c'était au cours d'une dispute...

Quant à l'accueil il est plus mauvais en France métropolitaine, mais là je n'ai pas pris une référence non plus!
Réponse de le 11/02/2014 à 22:36 :
@Gringo

Si les disputes étaient source du racisme cela signifierait que les français sont racistes contre les français, c'est absurde. Le racisme antiblanc antillais est latent et fortement présent en région parisienne à travers de nombreuses associations telles que SOS Racisme. Pas étonnant qu'un certain Harlem Désir y ait fait un séjour.
Réponse de le 16/02/2014 à 3:49 :
Il faut arrêter avec cette histoire de racisme anti-blanc. 99,99% des gens qui viennent ne rencontrent pas de problème de racisme. L'histoire des Antilles est malheureusement parsemée d'événements douloureux, post période esclavagiste, jusque dans les années 80 avec des mouvements sociaux réprimandés avec des pelotons de gendarmeries et de nombreux morts (plus de 300 en Guadeloupe pour une grève). Le problème c'est que les gens qui viennent n'accordent que peu d'importance à l'histoire, arrivent souvent avec l'impression d'être en terrain conquis parce qu'ils sont en France, oubliant qu'il y a une histoire singulière localement et une forte culture locale.
a écrit le 11/02/2014 à 20:05 :
Oui il y a beaucoup de ressources dans les dom tom,sauf que la population locale a tendance à tout faire pour refroidir le touriste métro.Il n'y a qu'a voir la montée criminelle dans ces régions,bien dommage pour une construction pérenne
a écrit le 11/02/2014 à 19:53 :
Facile: virer toutes les aides aux populations locales, payer les fonctionnaires au même tarif que la métropole, et hop, ça remettra tout le monde au boulot, avec le sourire pour accueillir les touristes, comme dans toutes les autres iles !!! Mais bon, caser ses copains à des traitements de folie, gagner des "annuités" de retraire (quand on est fonctionnaire), ça arrange plein de monde. Dommage, c'est avec nos impôts...
Réponse de le 11/02/2014 à 20:15 :
@Pat34: sans oublier que ces populations ont des billets gratuits tous les 2 ans et des tarifs préférentiels pour rentrer "chez eux" :-)
Réponse de le 11/02/2014 à 21:32 :
@Patrickb

Effectivement ce sont les métropolitains qui financent les vacances des ultramarins (surtout les compagnies aériennes) vers la métropole au nom de la "continuité territoriale" par le remboursement de la moitié de l'aller-retour chaque année donc un aller-retour complet tous les 2 dans. Ils n'ont aucun intérêt à chercher du travail en métropole car les régions sont moins "généreuses" en métropole.
Réponse de le 16/02/2014 à 4:00 :
Je mets un bémol, c'est une petite frange des fonctionnaires originaires des DOM, vivant et travaillant en métropole avec leurs parents toujours dans les DOM qui y ont droit. Donc ce ne sont pas tous les fonctionnaires domiens. (Je travaille dans le privé ;) C'est un acquis lié au Bumidom dans les années 60 et qui permettait aux domiens "forcés" à l'exil de revoir leur parents et de sauvegarder les liens familiaux, ce qui n'auraient pas pu se faire avec les salières de misère. (Un domien était payé 30% de moins qu'un métropolitain)
a écrit le 11/02/2014 à 19:26 :
Quand nos énarques comprendront qu'il n'y a aucun intérêt à chercher des modèles à copier c'est qu'ils seront devenus imaginatifs et intelligents.
C'est pas pour demain!!!
a écrit le 11/02/2014 à 19:23 :
Et si on abaissait le bille notamment pour la réunion très très cher si bien que les réunionnais vivant en France ne peuvent jamais y aller....
Réponse de le 11/02/2014 à 21:30 :
800 euro AR Lyon-St Denis sur Air-France en janvier 2014 ! ... y a un moment faut être réaliste ... vous voulez pas qu'on vous paye pour y aller...??
a écrit le 11/02/2014 à 19:02 :
La Guadeloupe ça nous fait peur c est violent toujours des grèves ils sont bloqué avec leur histoire d esclavagiste ça fait 200 ans il ferait mieux de bosser avec car il vivent avec nos sous. Je pars ce weekend pour 2 semaines a maurice et a côté de la Guadeloupe c est très sympa
Réponse de le 11/02/2014 à 19:30 :
c'est pour cette raison qu'il faut envoyer beaucoup de métros dans les dom tom pour accueillir les touristes étrangers .
Réponse de le 11/02/2014 à 21:24 :
@eliane

On vous dit que les ultramarins jalousent les métros et s'accrochent à l'histoire coloniale pour justifier leur incompétence. Comment voulez-vous que les métros aient l'envie d'entreprendre sur ces territoires (sans carotte fiscale) lorsqu'ils sont perçus comme de vilains colons détrousseurs d'indigènes? D'autre part ces territoires ne sont malheureusement que la chasse gardée des fonctionnaires mutés de métropole avec prime de vie chère, de quoi conforter l'image du colon privilégié bien que les fonctionnaires indigènes bénéficient aussi des largesses de l'état. Il y aurait bien des économies à réaliser sur ces territoires en faveur d'investissements profitables.
Réponse de le 12/02/2014 à 16:15 :
à @Michel oui je comprend mais l'on peu refaire le peuplement avec l'immigration d'Asie qui amène commerce et prospérité , je pense par exemple Aux vietnamiens qui fuit le communisme.
Réponse de le 12/02/2014 à 16:59 :
@eliane

C'est bien la dernière chose à faire. La démographie est trop importante en Outre-mer rapportée à la surface cultivable. Les élus locaux corrompus achètent la paix sociale en supprimant des terres agricoles (cf. permis de construire) au profit de logement sociaux pour se maintenir aux municipales. N'espérez pas qu'une population asiatique (Chine, Vietnam, Inde, etc) quittant la misère puisse freiner une démographique explosive.
Réponse de le 16/02/2014 à 4:09 :
La démographie n'est pas explosive, bien au contraire. Soit elle stagne, soit elle décroît comme en Martinique et en Guadeloupe, en passe de devenir les départements les plus vieux de France avec un solde migratoire en plus négatif. Donc point d'explosion de population.
a écrit le 11/02/2014 à 18:40 :
il suffit d'y être allé une fois pour comprendre que tant qu'ils n'auront pas dépassé leurs complexes vis-à-vis de la métropole et de ses habitants le tourisme n'a pas d'avenir là-bas.
En ce qui me concerne, les antilles françaises c'est "plus jamais ça".
Réponse de le 17/02/2014 à 15:56 :
En France métropolitaine les Domiens ne sont pas non plus bien accueillis. Pourquoi doivent-ils être formés à recevoir le touriste alors que quand ils viennent en France métropolitaine ils tombent sur les mêmes incompétents sous entendus dans l'article. De plus quand ces derniers parle de leur origine c'est stéréotype à tout vas. Ils sont considérés par la plupart comme des étrangers en France métropolitaine et contrairement aux français de métropole, ils connaissent tous à 100% l'histoire de la France, mais les français de métropole connaissent à peine celle des DOM.
De fait, vos facultés à les comprendre sont déjà plus réduites que les leurs.
Donc le jour où l'accueille en France sera digne de celle que vous attendez des DOM, vous pourrez effectivement juger. Pour l'heure il n'en ai rien
a écrit le 11/02/2014 à 18:36 :
"Quand cette même année, La Réunion recevait 446.500 touristes, l'Ile Maurice en accueillait le double."

A noter que le tourisme de l'île Maurice est ultra-dépendant de l'île de la Réunion qui elle-même dépend de la métropole (effet de vase communicant). C'est bien l'internationalisation du tourisme réunionnais qui fait défaut surtout lorsque l'on déplore l'inauguration de son premier bureau de change seulement en 2012. En revanche son potentiel économique est très faible au regard du PIB de ses voisins contrairement à ses homologues antillais. Miser sur le tourisme, c'est avouer que l'on est pas capable de produire des biens et des services qui s'exportent à l'instar des pays sous-développés. Pour alléger la facture de l'Outre-mer au contribuable métropolitain, il serait plus simple d'en faire des paradis fiscaux et capter ainsi l'économie asiatique par exemple pour l'île de la Réunion. Nous payons déjà suffisamment pour les grecs, les chypriotes, etc.
Réponse de le 16/02/2014 à 4:18 :
La facture de l'outre-mer n'est pas plus élevée que celle de La Corse ou de la Corrèze (département le plus endetté). Car avec les DOM on oublie l'apport au niveau de la Zone Économique Exclusive de 10,5 millions de km2, et là, on comprend mieux le poids stratégique que représente les DOM TOM et leurs coûts relatifs. Car sur la scène internationale, la France se situe juste derrière les USA avec 11 millions de km2 de souveraineté absolue.
a écrit le 11/02/2014 à 18:36 :
Je me suis retrouvé par "accident" (malade en bateau) en Martinique en janvier...
Mes à priori sur l'île sont très vites tombés : île splendide, population chaleureuse, prix abordable (si l'on achète local)...
Tout simplement ravi !
J'y reviendrais et j'incite tous les métropolitains à y aller faire un tour.
Réponse de le 11/02/2014 à 18:40 :
Effectivement les îles "paradisiaques" ne le sont que pour les touristes le temps des vacances. Pour les insulaires y vivre est un véritable enfer entre pauvreté et conflits sociaux. L'essentiel pour un touriste ce n'est pas de voir l'envers du décor mais d'apprécier ce qu'il venu chercher: l'exotisme.
Réponse de le 16/02/2014 à 4:25 :
Mais arrêter de faire croire que vivre dans les DOM c'est affolant. On peut y vivre très bien, avoir son cercle d'amis, sa famille, sortir faire la fête sans se prendre la tête et sans risquer un coup de couteau...Il faut savoir être discret, et ne pas s'afficher "bling bling". Mais comme partout, le clinquant, le tape à l'œil ne fait qu'attirer la convoitise et certains problèmes.
a écrit le 11/02/2014 à 18:31 :
il n'y a qu'à moins assister ces populations et comme par enchantement ils deviendront beaucoup plus sympathiques avec les touristes et de fait contribueront davantage a l'effort nationale
au boulot !!!!
Réponse de le 11/02/2014 à 22:15 :
quand je lis ces commentaires nous avons bien raison de ne rien changer. allez ailleurs! nous ferons comme les cubains on se démerdera seul
Réponse de le 11/02/2014 à 23:43 :
@luta97

Chiche?
Réponse de le 11/02/2014 à 23:44 :
demandez votre indépendance alors.
Réponse de le 12/02/2014 à 0:10 :
@anonyme

Cela a été proposé mais massivement rejeté.
Réponse de le 16/02/2014 à 4:28 :
Ce n'est pas l'indépendance qui a été rejeté, mais davantage d'autonomie dans certains choix budgétaires et politiques dans l'optique de fusion du Conseil Régional et départemental. Rien à voir avec une quelconque indépendance.
Réponse de le 17/02/2014 à 2:15 :
@ OBC 972

Heureusement que certaines vérités ont été dites... Car en lisant ces commentaires il est clair que l’ignorance et les préjugés constitue le pire des fléaux pour les DOM
Réponse de le 10/07/2014 à 12:15 :
Habitant et originaire de la Côte d'Azur, je peux vous assurer que l'accueil des Antillais est des plus chaleureux...
Rangez vos préjugés svp...
Réponse de le 10/07/2014 à 13:04 :
Pour moi île Maurice c'est bof.
On voit partout des maisons qui sont à l'état de chantier, des jardins qui ne sont pas entretenus. SI vous adorez voir des murs à l'état de béton brut sans peinture dessus cette destination est pour vous.
Réponse de le 10/07/2014 à 13:06 :
A quel endroit vous habitez sur la Côte Azur ?
Moi je sais tous les jours ou je peux trouver des gens sympas vous savez.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :